Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 15 octobre 2013

La gare de mon enfance

En relisant le tome 1 des MémoiRes, dans l'article relatif à la gare de Puisserguier, je trouve une question qui m'avait échappé : Avez vous connu le bonheur de ces chemins de fer, pour aller où ?

Alors je réponds oui !

J’ai connu la gare de Puisserguier dans la fin des années 20 et le début des années 30, alors qu'elle était en plein essor, j'allais dire en pleine gloire. Car ce n'était pas une petite gare, vu le tonnage des marchandises qui y transitaient.
Sur  cette ligne, sur cette gare il y aurait de quoi écrire un livre. Pour l'immédiat, restons à l'essentiel.

Je dois d'abord préciser que ma connaissance des lieux vient de ce que j'y ai passé bien des jeudis de mon enfance, car mon père travaillait beaucoup par l'intermédiaire du réseau P.O. Midi qui deviendra plus tard la SNCF.

Et c'est d'ailleurs du fait de cette appartenance aux grands réseaux,  que cette ligne a connu pareille importance.

Des lignes de chemins de fer départementaux existaient bien dans la région, notamment Béziers / St Chinian ou Colombier / Maureilhan. Mais s'agissant de lignes à voie métrique, leur utilisation n'était envisageable que pour de courtes distances,  sinon il aurait fallu procéder à des transbordements entre les deux gares de Béziers Cet  inconvénient n'existait pas sur la ligne de Puisserguier, qui était reliée au réseau national. Et comme les transports routiers à grande distance  étaient à cette époque pratiquement inexistants, ne restait que le train pour expédier les produits régionaux vers les lieux de consommation. Ces produits étaient principalement le vin et le minerai. Oui ! Le minerai.
De St.Chinian à Murviel et Cazouls le vin était expédié principalement par la gare de Puisserguier vers les lieux de consommation.

Et quand on réalise qu'entre I925 et 1935 la moyenne annuelle de récolte de notre village ressort à 164.000 hectolitres,  si  on y ajoute  celles des villages voisins, ça représente  "un certain nombre " de wagons-foudres. Car au début, les wagons-citernes pas plus que les camions citernes n'existaient encore. Le vin était amené en gare en demi-muids et transvasé dans les wagons foudres.

En plus du vin il y avait le minerai. La bauxite des mines de Cazouls amenée en gare de Puisserguier par une noria de camions. En gare un quai de chargement était réservé à cette marchandise. Quand on lit sur internet que 1.700.000  tonnes de bauxite ont été extraites a Cazouls, quel beau trafic pour notre gare d'où elles partaient  je ne sais où.

Pour assurer le fonctionnement du service,   j'ai souvenance du chef de gare d'alors, un M. Serène,  logé au 1er étage du bâtiment et dont le fils a été, je crois, un joueur de l'A.S.Béziers.

M.  Serène était assisté de trois agents : M. Vidal, M. Thomas, doté d'un beau collier de barbe blanche, et M. Goarré.

A présent, pour visiter les lieux, plaçons-nous comme le photographe qui a pris le cliché figurant au milieu de la page 99 du Tome 1.

 

 

Gare de mon enfance1.jpg


Au premier plan, au pied du réverbère on aperçoit le butoir de la voie de garage où stationnaient les wagons en attente de chargement.

Le premier bâtiment, de moindre hauteur, était la "lampisterie" où était rangé le matériel d'exploitation : lampes, chariots, cales etc.

Dans le grand bâtiment, au 1er étage, se trouvait le logement du chef de gare. Au rez -de- chaussée, les deux portes devant le personnage donnent sur la salle d'attente et d'enregistrement de bagages ou des petits colis.

La troisième porte devant l'escalier donne sur le bureau des agents ou se trouvait notamment le télégraphe Morse qui m'intriguait beaucoup, principal instrument de communication entre les gares de la ligne.

Le dernier bâtiment, le hangar couvert avec le quai également couvert, enfin à hauteur du wagon, le quai découvert.

A l'opposé de ces quais se trouvait une cour pavée, surplombant le chemin du four a chaux et le Lirou. Cour bordée  par une voie de garage réservée au remplissage des wagons foudres et plus tard des wagons citernes.

 

 

Gare de mon enfance.jpg


La visite est terminée, mais pas mes souvenirs. J'ai déjà dit qu’entre 8 et 12 ans j'étais familier des lieux et finalement connu de tous, y compris du personnel roulant sur leur locomotive modèle 050 T. Parfois tandis qu'ils "faisaient la manœuvre " pour déplacer les wagons d'un lieu à l'autre de la gare, ils me prenaient a leur bord, m'expliquaient le fonctionnement de la machine, puis   bonheur suprême, sous leur surveillance, j'actionnais le levier ou l'inverseur pour faire avancer ou reculer ce monstre énorme.

Je ne suis pas prêt d'oublier.

Je n'évoque que pour mémoire le trafic passager, car il était pratiquement nul, sauf pour aller à Narbonne avant que les autobus Asset desservent cette destination.

Rédaction/narration : Jacques

M. Christian Rochette a retrouvé sur un site d'amis cheminots ces photos de wagons citernes estampillées "Marcel Rouanet - PUISSERGUIER (Hérault)". Il ne s'agit que de maquettes, mais quels beaux témoignages.

Wagon Marcel Rouanet 3.jpg

Commentaires

Bonjour, et meilleurs voeux à tous ! J'ai lu avec intérêt votre article sur la gare de Puisserguier. Figurez-vous qu'il y a quelques années, j'ai transité par la gare de Bordeaux. Sur un des murs de la gare, il y a le tracé de toutes les voies du Sud de la France ! Est indiquée la gare de Puisserguier ! Malheureusement, je n'ai pas pris de photo ! Cela ferait une bonne illustration pour votre livre ! Bonne années à tous ! Hélène

Écrit par : Hélène | dimanche, 02 janvier 2011

C'est vraiment intéressant de lire ces notes qui font revivre de belles pages de notre histoire. C'est bien plus que de la nostalgie, c'est plus encore que d'entretenir notre mémoire... c'est vraiment agrandir notre champs d'expérience et de vie, c'est permettre à tous d'augmenter leur livre intime de connaissances. Merci encore

Écrit par : La Calmette | mercredi, 20 avril 2011

Creissan le 11 mai 2014
Bonjour,
Souhaitant ce jour découvrir les travaux de réfection de cette " voie verte" entre Capestang et Quarante, quelle grande surprise de découvrir cette superbe gare de Puisserguier qui malgré le temps est relativement bien conservée.
Ma question est existe t'il un plan de reconditionnement de ces beaux bâtiments.
Qui en est le propriétaire?
Je suis preneur de tous renseignements.
Cordialement.
Gilles Pierre YOLLE
0651995443

Écrit par : yolle | dimanche, 11 mai 2014

Les commentaires sont fermés.