Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 31 octobre 2011

La boulangerie Chamayou

Dans le tome 1 des Mémoires, j’avais évoqué avec grand plaisir, la boulangerie Chamayou, qui représentait pour moi un excellent souvenir d’enfance.

 

La boulangerie Chamayou a malheureusement disparu et a laissé la place à un restaurant. A l’époque de la parution de l’article, nous n’avions aucune photo  et nous nous étions contentés de la photo du restaurant, pour indiquer l’emplacement de la boulangerie.

 

Un parent de la famille Chamayou ayant  eu connaissance de nos modestes travaux,  a eu l’amabilité de nous faire parvenir des précisions très intéressantes sur cette famille.

 

Ainsi nous avons appris que Marie Culié, qui était née en 1870, dans le Tarn à Montazels (commune de Lacaze) avait épousé en 1887 Joachim Chamayou et qu’ils étaient venus s’installer, vers 1892, à Puisserguier, où Joachim exerçait le métier d’agriculteur.

De cette union naquirent deux enfants : Justin et Marie-Louise.

 

En 1916, les parents Chamayou, alors que Justin était encore soldat au front, acquirent la boulangerie sur la Promenade.

 

Boulangerie Chamayou.jpg

 

En 1919, Justin épousa Marie Coutal, dite Marinou, qui était née en 1895 à Calmezette dans le Tarn.

Le couple n’a pas eu d’enfants, mais Marie à servi de nourrice aux enfants de la famille Laure.

C’est d’ailleurs dans le tombeau de cette famille qu’ils sont enterrés tous les deux. Justin nous a quittés en 1979 et Marie en 1982.

 

De nombreux Puisserguiérains de ma génération et même des générations précédentes, se remémoreront avec plaisir ce sympathique couple de commerçant, qui a contribué à rendre meilleure la vie au village pendant des lustres. 

Narration/rédaction : Monique

dimanche, 30 octobre 2011

Clocher foudroyé !!!

ami de nos foyers.jpgDans le N°34 de « L'AMI DE NOS FOYERS » (Bulletin paroissial de Puisserguier) d’octobre 1934 on pouvait lire :

« CHOSES ET AUTRES »

 Le jeudi 23 août, la foudre, avec une explosion formidable est tombée sur le clocher où elle a fait une énorme brèche. Heureusement, il n’y a eu aucun accident de personne, mais la partie haute du clocher menaçant ruine, il a fallu la démolir. On la rebâtira plus tard. L’horloge a été brisée mais les cloches sont restées intactes.

 

Dans le N°36

M. le curé a ouvert une souscription pour la réparation du clocher. Toutes les familles de Puisserguier se feront un bonheur et un devoir de participer à cette souscription. Le montant en sera remis intégralement au Conseil municipal.

 

Dans le N°37

La souscription pour la réparation du clocher commencée le 1er novembre dernier, atteignait au 20 décembre la somme de 7 000 francs, grâce à la générosité d’un certain nombre de familles. Quelques personnes ont eu le geste large et l’une d’elles même très large.

L’horloge que la foudre avait à peu près détruite, au mois d’août, a été réparée et le 8 décembre, fête de l’immaculée-conception, nous avons eu le plaisir d’entendre sonner les heures sur la cloche qui avait été placée le 25 avril 1615.

 

Dans le N°40 (avril 1935)

Les travaux pour la réfection du clocher vont commencer incessamment.

 

Clocher église réparations.jpg

Photo des travaux, collection Falguéra. 

 

Dans le N°44

La réparation de notre clocher que la foudre avait très sérieusement endommagé, l’année dernière vient d’être terminée. La flèche est surmontée d’une belle croix en fer forgée, au haut de laquelle resplendit un très joli coq doré qui marque la direction du vent et qui, au soleil, brille d’un éclat merveilleux. Un paratonnerre protège désormais contre la foudre l’église et le clocher.

 

Clocher église .jpg

Documents aimablement prêtés par le Père Maxime.

mardi, 11 octobre 2011

Halte à Puisserguier au siècle dernier, Epilogue.

Journées Européennes et Mois du Patrimoine 2011.

 

Faire un bilan de ces journées vouées à la mise en valeur du patrimoine est un vrai casse tête. Comment exprimer et faire ressentir les émotions et l’ambiance !

 

Bien sûr, nous pouvons vous fournir des chiffres (comme l’année dernière nous avons comptabilisé le nombre précis d’entrées grâce à une distribution de billets donnant droit à une tombola gratuite. Les N° gagnants sont le 262 jaune et le 5 rouge).

 

Week end des Journées Européennes du Patrimoine : 491 visiteurs

Pourcentage de visiteurs locaux : 40%

Pourcentage de personnes extérieures au village : 60 %

 

mémoires de puisserguier

 

Mois du patrimoine du lundi 19 au jeudi 22 inclus (après midi) : 259 visiteurs

Pourcentage de visiteurs locaux et de personnes extérieures au village : 50/50%

 

Soit un total de 750 visiteurs sur les 6 jours.

 

Visite de l'exposition, cliquez sur : Diapo blog.pdf 

 

Nous tenons à remercier les sponsors et les personnes qui se sont investis afin que la fête soit belle….et elle l’a été !

 

Tout d’abord les Ets Julien, Maguy et José Pena qui ont cette année encore généreusement participé financièrement à la réussite de notre exposition.

 

Auxquels nous associons Nicole Garin du domaine Saint Paul (muscat), Mané Guell (vins Bio, légumes et fruits de saison), Patrice Belvisi de G20 (viennoiseries), Marc Valdes (impression décors), Georgette Andral (vin), Gérard Lamblain (Le Petit Journal), Mme et M. Jeanne ancien Ets pépinière Gau de Saint Chinian, (prêt d’arbres), la municipalité (enlèvement et retour des arbres).

 

mémoires de puisserguierPar ailleurs, plus de 200 personnes dont quelques résidents de la maison de retraite de Puisserguier ont pu cette année encore bénéficier de balades en calèche grâce à la générosité de Claudine et Jean Pierre. Nous les en remercions ainsi que pour le prêt de la superbe « Victoria » exposée dans la salle.

Jean Claude Séguela et son ami Gérard Daudé, qui ont non seulement travaillé en amont, en traduisant le poème « Le sénat » de notre ancien maire Edmond Garrigues, mais qui l’ont interprété pour le plaisir de toute l’assistance en occitan et en français.

Ils ont su également improviser une chorale « à la terrasse du café » autour de la guitare de Gérard.

 

mémoires de puisserguier

 

Leur présence à nos côtés a donné du sens au mot « amitié » (ils se sont spécialement déplacés des environs de Montpellier).

Merci également à Jacques Garrigues de nous avoir confié et autorisé à utiliser le poème de son père.

 

mémoires de puisserguierMonsieur Henri Obiols, ancien cordonnier de notre village qui a expliqué patiemment et si généreusement à nos visiteurs sa façon de travailler et l’utilisation de ses nombreux outils.

 

Comme l’année dernière, mention particulière à Alain Crouzat, qui a assuré le succès du tableau du maréchal-ferrant, en créant de toutes pièces une forge, un soufflet plus vrais que nature, et en mettant à disposition des visiteurs toute une panoplie d’outils et de matériel du forgeron.

N’oublions ses incontournables créations, Gaston et Mathilde devenus pour l’occasion les maraîchers de la place de la « mairie ».

 

mémoires de puisserguier

 

Félicitations à nos « tenanciers » du bar, Suzanne Verdeil, Mado Pallarès, Jean Louis Verdeil et Michel Pitié qui ont su faire face à l’afflux des consommateurs avec gentillesse, humour et sourires…

 

« Chapeau » à notre carré d’acteurs (scénaristes, réalisateurs et interprètes) : Emma Belmonte, Monique Colombié, Michel Lassiège et Roger Clairou.

Merci également à tous les bénévoles qui ont accepté de revêtir des costumes plus ou moins d’époque (notre collection de costumes étant assez limitée…) et aux personnes qui nous en ont prêté, notamment Andrée Arvieu, Andrée Lautier et le Cep Biterrois.

 

mémoires de puisserguier

 

Merci à Jean Claude Lechat qui a (entre autre) remplacé au pied levé, René indisponible. Aidé de Maryline et de Marie Thérèse, il a pris en main avec maestria la confection et la présentation du buffet offert aux bénévoles.

 

mémoires de puisserguierNous remercions très chaleureusement Céline Bunoz, du Pays Haut Languedoc et Vignobles qui a pris le temps de venir visiter notre exposition, de discuter et de s’intéresser au fonctionnement de notre association.

 

N’oublions pas, les personnes qui par le prêt d’objets, la confection de gâteaux, le prêt de véhicules, ou par leur présence au montage, démontage et investissement au cours de ces journées ont permis la réussite de cette manifestation :

Vous trouverez leurs noms dans la fiche ci-jointe. Remerciements.pdf

 

En ce qui concerne la communication, nous remercions tout particulièrement Arnaud Fauli, journaliste du Midi Libre avec lequel nous avons pu partager notre vision du patrimoine, et qui a su rendre compte dans une fabuleuse page consacrée à notre village de la richesse de notre « mémoire collective ».

 

mémoires de puisserguierNous avons pu cette année diminuer la frustration d’avoir seulement investi pour 2 petites journées comme l’année dernière, en prolongeant de 4 jours. Mais la chute n’en est pas moins rude ! Après ces 6 jours passés en compagnie de tous ces visiteurs, à expliquer et à échanger, nous nous sentons « vidés » mais heureusement très heureux des retombées positives bien au-delà de nos espérances.

 

Nous espérons avoir répondu aux attentes de ceux qui nous suivent, et avoir convaincu les sceptiques de notre investissement et de notre envie de sauvegarder et partager la mémoire de notre village et de ses habitants.

 

mémoires de puisserguier

 

Nous aurons besoin de l’appui et du soutien du plus grand nombre pour concrétiser de gros projets à l’étude, et nous comptons sur vous toutes et tous. Sans vous rien ne sera possible !

L’enthousiasme et la volonté ne sont pas inusables et il y a risque à ce que la lassitude et la déception prennent le dessus.

 

mémoires de puisserguierNous vous inviterons d’ici peu à participer à une Assemblée Générale Extraordinaire qui se déroulera le 7 octobre et qui aura pour sujet la présentation aux adhérents de notre projet de centre de ressources avant dépôt du dossier en mairie.

 

Merci encore.

Corinne et le bureau