Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 27 février 2014

Un métier éphémère, Garde fruits.

 Notre ami Jacques Cros nous a transmis un document qui concerne notre village, dont il a fait état sur son blog : http://cessenon.centerblog.net/dans une note intitulée :

A Puisserguier en 1908

 

mémoires de puisserguierCe document est un arrêté pris le 14 août 1908 par la municipalité en place et qui précise l’embauche (en « CDD ») d’un «garde fruits», sans précision de la durée du contrat, si ce n’est qu’il est limité « à la durée de la récolte pendante »

 

Article 1er - Le nommé MAILHAU Jean François, âgé de quarante six ans, domicilié à Puisserguier est nommé garde fruits temporaire de la commune de Puisserguier.

Article 3 - La durée des fonctions de garde fruits est limitée à la durée de la récolte pendante.

Art 5 - Le présent arrêté sera adressé à Monsieur le  Sous Préfet pour être soumis à son agrément.

Fait à Puisserguier le 14 août 1908

Le Maire

 

Arrêté, conforme à l’article 102 de la loi du  5 avril 1884, validé par la sous-préfecture de Béziers le 19 août et le garde-fruits a prêté le serment prescrit par la loi à  Capestang le 21 août. (Copie du document : Garde fruits de Puisserguier.pdf)

 

Le garde fruits est un ancêtre lointain de notre futur garde champêtre.

On le nommait également messier, messor, messelier.

C’était un garde champêtre temporaire, commis à la garde des fruits et des récoltes

Certains éléments de recherche cités ci-dessous vous donneront davantage de renseignements.

 

 

« Avant la Révolution de 1789, les terres nobles, celles tenues en fief, indépendamment de la barrière infranchissable que le droit exclusif de chasse élevait au profit des seigneurs, entre leurs domaines et les terres du simple habitant des campagnes, avaient leurs gardes particuliers.

Les terres roturières et les propriétés communales n'avaient généralement, pour les protéger contre le maraudage et les déprédations de toute nature, que la vigilance presque toujours impuissante de leurs possesseurs eux-mêmes.

Il y avait une police pour les villes, mais aucune pour les campagnes.

Les premières appellations du garde champêtre sont : Messor, messilier, messium cusios, messaer, messarius, mésségué, tous ces noms signifient « messier », de « messis », « moisson » celui qui garde les moissons ; on retrouve le nom de « messier » depuis le haut moyen âge jusqu'au début du XXe siècle.

Le « messier » à pour mission de surveiller les moissons, il officie sur des juridictions seigneuriales et est l'ancêtre d'une longue lignée de gardes ruraux qui deviendront quelques siècles plus tard les Gardes Champêtres d'aujourd'hui.

 

mémoires de puisserguier

 

Sources : http://ma-genealogie.over-blog.com/article-24886110.html

Commentaires

Bonjour, trés intéressant et passionnant à savoir.

Écrit par : Albert LAURET | vendredi, 25 octobre 2013

Les commentaires sont fermés.