Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 12 novembre 2012

Armistice 1918

9nov 061.jpgL'armistice, signé le 11 novembre 1918 à 5 h 15, marque la fin de la Première Guerre mondiale (1914-1918) et la capitulation de l'Allemagne.

Le cessez-le-feu est effectif à onze heures, entraînant dans l'ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d'une guerre qui a fait plus de 18 millions de morts et des millions d'invalides ou de mutilés.

Les généraux allemands et alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne. Plus tard en 1919, à Versailles, ils signeront le traité de Versailles

Ci-dessous

* Cette photographie a été prise après la signature de l'armistice à la sortie du « wagon de l'Armistice » du train d'État-Major du maréchal Ferdinand Foch (deuxième à partir de la droite)..

* Tableau représentant la signature de l’Armistice de 1918 dans le wagon-salon du maréchal Foch. Derrière la table, de droite à gauche, le général Weygand, le maréchal Foch (debout) et les amiraux britanniques Rosslyn Wemyss et G. Hope. Devant, le ministre d’État allemand Matthias Erzberger, le général major Detlof von Winterfeldt (avec le casque) de l’Armée impériale, le comte Alfred von Oberndorff des Affaires étrangères et le capitaine de vaisseau Ernst Vanselow de la Marine impériale.

* Retrait des troupes allemandes après la signature de l'armistice

D’après Wikipédia.

armistice 1918.jpg
 

 

11 novembre 2012,

 

Les membres de notre association seront encore très heureux de voir,mémoires de puisserguier une nouvelle fois, la "troupe" passionnée de « Maquisards Reconstitution » participer à la commémoration du 11 novembre à Puisserguier.

 

Le rendez-vous est fixé à 11 heures devant la Mairie.

 

Corinne Milhet,

Présidente et toute l'équipe des mémoiRes.

 

mémoires de puisserguier

@ Un de nos anciens relate ainsi l'Armistice à Puisserguier :


Annoncée par télégramme officiel à toutes les communes de France, l'armistice se manifesta par une longue sonnerie de cloches.

Le Maire (Henri Chappert) donna lecture du télégramme sur la place de la Mairie et demanda à la population de ne se livrer à aucune manifestation, par respect pour les nombreuses familles en deuil.

Écrit par : Jacques | vendredi, 19 novembre 2010

 

samedi, 10 novembre 2012

Remise du 1er prix du "PIR" à la Maison du Peuple !

Notre association a vécu, mercredi 24 octobre, une formidable soirée grâce à la Banque Populaire du sud.

 

En effet, la remise du 1er prix catégorie patrimoine du département de l’Hérault obtenu par l’association était programmée ce jour là.

 

Adhérents, sympathisants, sponsors, dirigeants et sociétaires de la banque, élus et organisateurs de la soirée, soit plus de 100 personnes (116 exactement), ont contribués à faire de cette manifestation un moment amical et empreint d’une sincère convivialité.

 

Organisé de façon parfaite par Valérie et son acolyte Jean Charles, sustenté par le fabuleux buffet du traiteur Laporte de Sauvian, et désaltéré par des vins locaux, notamment ceux de Nicole et Alexis, comment ne pas avoir apprécié cette sympathique ambiance.

 

centre de ressources

 

 

La soirée a débuté par la visite du centre de ressources qui a duré une bonne heure.

Comme toujours, la salle de classe a été le lieu de moments mémorables.

Il est vrai que les vieux bureaux à battants équipés de leurs encriers remplis d’encre violette procurent à cette salle une atmosphère nostalgique et accentuent les réminiscences des souvenirs.

Comme toujours, l’écriture à la plume « sergent major » a eu un franc succès et un bon nombre de visiteurs s’y sont essayés, certains avec grande application, ayant même obtenus un bon point.

D’autres ont pu concrétiser un « phantasme » en prenant la place du « maître d’école ».

 

Mais impératif protocolaire oblige, ce fut ensuite le départ vers la maison du peuple où devait se dérouler la suite des festivités.

 

Monsieur Gout, Directeur de l’agence de la Banque Populaire Béziers Riquet a débuté les discours, en présentant notre association et exposant les faits depuis sa création.

Ce fut ensuite au tour de madame Carrière, membre du Conseil d’Administration de la Banque Populaire du Sud, et Présidente du jury départemental Prix Initiative Région (PIR) d’expliquer l’engagement de la banque par le biais du PIR, et ensuite de faire part des raisons du choix de remise du prix aux MémoiRes.

 

Après son intervention, le petit film tourné le 16 septembre lors des journées européennes du patrimoine, a été projeté.

Le réalisateur Monsieur Buss, a su, en peu de temps, capté l’engagement et les valeurs associatives des MémoiRes en rapprochant dans son documentaire les associations partenaires (mais indépendantes), comme « Maquisards reconstitutions » et la Bibliothèque.

 

mémoires de puisserguierSelon le plan établi par les organisateurs, j’ai ensuite pris la parole et j’ai pu (en direct) renouveler mes remerciements à la banque, sans oublier nos autres « sponsors ».

Discours Corinne.pdf et Diplome BP Sud.JPG

 

Ce fut ensuite le tour de monsieur le maire.

 

Nous avons été très sensibles à la simplicité et la disponibilité de madame Carrière et de monsieur Gout, qui ont su, par leur accessibilité nous prouver l’intérêt sincère porté au travail de notre association.

 

La présence de madame Tolmos, du service patrimoine du Conseil Général, venue avec une collègue spécialement de Montpellier nous a particulièrement touché.

 

Nous remercions toutes ces personnes pour avoir fait de cette journée, une belle fête que nous ne sommes pas prêts d’oublier.

 

Nous remercions également nos adhérents venus de près ou de loin, nos sponsors, nos sympathisants, les représentant(e)s d’associations, les élus, de nous avoir soutenu et accompagné lors de cette soirée.

Merci à tous.

 

Pour clôturer ce compte rendu sur une note d’humour de notre secrétaire, Monique, qui n’en manque pas, vous trouverez ci-après un petit texte que lui ont inspiré les évènements de cette soirée.

 

Corinne

 

 

Le coffre fort de nos grand-mères

 

Lors de la visite du Centre de Ressources, à l’occasion de la remise du prix par la Banque Populaire, bon nombre de visiteurs n’ont certainement pas fait attention, en passant dans la véranda où se trouvent exposés les objets du quotidien, que caché sous une pile de draps, se trouvait un portefeuille.

 

C’est cet endroit que choisissaient nos grand-mères pour tenir lieu de coffre-fort. En effet, à l’époque on ne parlait pas de banque ou de chèque et tout se faisait en argent sonnant et trébuchant, du moins chez le petit-peuple de nos villages.

 

centre de ressources

 

La majorité du village était composée d’ouvriers agricoles qui travaillaient chez un patron, mais une grande partie d’entre eux possédait un ou deux « pétas » de vigne qu’ils travaillaient le soir à « bourrade », après leur journée de travail.

 

Le prix de la récolte étant engrangé en espèces, comme il se doit, il fallait régler l’emprunt qu’on avait fait pour acheter la vigne, soit directement au vendeur ou au notaire qui avait enregistré la transaction.

 

Là non plus les banques n’entraient pas en ligne de compte pour les prêts, qui étaient consentis soit par le vendeur, soit par des prêteurs particuliers qui n’hésitaient pas à se saisir du bien si l’acheteur n’arrivait pas à payer sa dette.

 

Ce qui restait après ce remboursement était mis au « coffre-fort » où il allait rejoindre ce qui constituait les économies du ménage.

 

Ainsi allait la vie au siècle dernier, sans les banques et les organismes de prêt.

 

Narration/rédaction : Monique