Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 08 novembre 2013

Mon école libre

 ecole grille.jpgJe vais vous parler de l’école libre, mais pas de l’école Sainte Thérèse, que la plupart d’entre vous ont connu.

L’école libre dans laquelle j’ai fait la majorité des classes primaires, dans les années 40, se situait à l’emplacement de l’actuel bureau de tabac, en face de notre Marianne.

 Cet immeuble appartenait alors à Madame Lavigne qui l’avait mis à la disposition de la paroisse.

On y accédait par la porte d’entrée, qui se trouve sur le côté du bureau de tabac.

 

mémoires de puisserguier

 

A droite, à la place du bureau de tabac on trouvait la salle de la classe maternelle, de là on passait directement dans la cour. Sur la droite de la cour se trouvait deux salles inoccupées et au fond deux WC, dont le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils étaient rudimentaires. Deux trous qui communiquaient en direct avec une fosse, sans chasse d’eau pour nettoyer le tout. Par temps chaud, bonjour les odeurs !!!

 

Sur la gauche de la cour, un escalier qui desservait un grand balcon sur lequel s’ouvraient deux classes. Pour la première CP, CE1 et CE2 et pour l’autre CM1, CM2 et Certificat d’Etudes.

 

Heureusement qu’à l’époque l’établissement n’était pas conventionné. L’enseignement y était assuré par deux jeunes filles, toutes les deux de Creissan, qui devaient avoir un brevet supérieur pour tout bagage.

Françoise Gontier (Aphrodise) avait en charge l’école maternelle et par la suite une des classes primaires, Marie-Louise Roumégas s’occupant de la seconde, lorsque Melle Malaterre s’arrêta.

 

Cette école étant confessionnelle, tous les dimanches les élèves s’y rendaient pour monter en rang à l’église, où elles occupaient les premiers bancs de gauche, les « filles de la laïque » étant placées juste derrière, sous la houlette de Melle Garriguenc qui s’occupait également du patronage.

 

Ecole libre.jpg

Le 25 Novembre, jour de la Sainte Catherine, était jour de congé pour l’école. Le matin nous assistions à la messe et l’après-midi était consacré à remercier notre bienfaitrice qui pour cette occasion faisait livrer des corbeilles d’éclairs et de choux à la crème par Desplat le pâtissier. L’abbé  Claustre, curé du moment, était convié à la fête, au cours de laquelle une ou deux filles, les plus méritantes, avaient l’insigne honneur de lui réciter un compliment appris pour la circonstance.

 

Je pense que c’est durant l’année scolaire 45-46, que les sœurs de la Sainte Famille de Mende, prirent le relais de toutes les bonnes volontés qui avaient œuvré jusqu’alors au sein de l’école.

Sœur Alice avait en charge la classe maternelle, Sœur St Laurent s’occupait de la classe du CP, CE1-CE2, alors que la Mère s’occupait du CM1-CM2 et de la section du certificat d’études.

Les deux salles du bas, auparavant inoccupées, furent investies par un cours de sténo-dactylo-comptabilité et également un cours de coupe et de couture, dont s’occupait activement Sœur Marie de la St Face.

A cette époque, le renom de l’école qui était auparavant en déclin, remonta fortement.

 

Dans les années 50, Madame Lavigne étant décédée, ses héritiers vendirent l’immeuble.

C’est alors que l’école fut transférée dans l’immeuble Cadilhac et qu’elle prit le nom d’Ecole Ste Thérèse.

 

Sainte thérèse.jpg

 

Narration/Rédaction :Monique

Les commentaires sont fermés.