Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 27 février 2014

Un métier éphémère, Garde fruits.

 Notre ami Jacques Cros nous a transmis un document qui concerne notre village, dont il a fait état sur son blog : http://cessenon.centerblog.net/dans une note intitulée :

A Puisserguier en 1908

 

mémoires de puisserguierCe document est un arrêté pris le 14 août 1908 par la municipalité en place et qui précise l’embauche (en « CDD ») d’un «garde fruits», sans précision de la durée du contrat, si ce n’est qu’il est limité « à la durée de la récolte pendante »

 

Article 1er - Le nommé MAILHAU Jean François, âgé de quarante six ans, domicilié à Puisserguier est nommé garde fruits temporaire de la commune de Puisserguier.

Article 3 - La durée des fonctions de garde fruits est limitée à la durée de la récolte pendante.

Art 5 - Le présent arrêté sera adressé à Monsieur le  Sous Préfet pour être soumis à son agrément.

Fait à Puisserguier le 14 août 1908

Le Maire

 

Arrêté, conforme à l’article 102 de la loi du  5 avril 1884, validé par la sous-préfecture de Béziers le 19 août et le garde-fruits a prêté le serment prescrit par la loi à  Capestang le 21 août. (Copie du document : Garde fruits de Puisserguier.pdf)

 

Le garde fruits est un ancêtre lointain de notre futur garde champêtre.

On le nommait également messier, messor, messelier.

C’était un garde champêtre temporaire, commis à la garde des fruits et des récoltes

Certains éléments de recherche cités ci-dessous vous donneront davantage de renseignements.

 

 

« Avant la Révolution de 1789, les terres nobles, celles tenues en fief, indépendamment de la barrière infranchissable que le droit exclusif de chasse élevait au profit des seigneurs, entre leurs domaines et les terres du simple habitant des campagnes, avaient leurs gardes particuliers.

Les terres roturières et les propriétés communales n'avaient généralement, pour les protéger contre le maraudage et les déprédations de toute nature, que la vigilance presque toujours impuissante de leurs possesseurs eux-mêmes.

Il y avait une police pour les villes, mais aucune pour les campagnes.

Les premières appellations du garde champêtre sont : Messor, messilier, messium cusios, messaer, messarius, mésségué, tous ces noms signifient « messier », de « messis », « moisson » celui qui garde les moissons ; on retrouve le nom de « messier » depuis le haut moyen âge jusqu'au début du XXe siècle.

Le « messier » à pour mission de surveiller les moissons, il officie sur des juridictions seigneuriales et est l'ancêtre d'une longue lignée de gardes ruraux qui deviendront quelques siècles plus tard les Gardes Champêtres d'aujourd'hui.

 

mémoires de puisserguier

 

Sources : http://ma-genealogie.over-blog.com/article-24886110.html

vendredi, 21 février 2014

Objets du passé, objets oubliés.

Le 12 mars 2013 nous avions été invités par l’association « Le Cep Biterrois » à assister à une conférence donnée par Me Caillard Pech de la Clauze sur de belles histoires d’eau.

Nous avions alors exprimé notre plaisir d’être présents à cette présentation, de qualité, d’œuvres d’art qui illustraient le propos de la conférencière.

 

mémoires de puisserguier

Le Petit Journal eaux 20 mars 2013.JPG

 

C’est donc très logiquement que cette année,

samedi 15 mars à 14 H 30,

nous avons accepté de nous associer au « Cep Biterrois »  pour organiser la prochaine conférence intitulée :

 « Objets du passé,

objets oubliés ».

 

Nous serons ravis de vous accueillir à la salle des Associations.

A noter, qu'exceptionnellement, une participation aux frais de 2 € vous sera demandée.  

mardi, 18 février 2014

Le Trastet... Sa devanture préservée !

Dans « Histoire de Bistrots » Pierre Berton raconte :

 http://evasion.midiblogs.com/archive/2010/11/16/histoire-... 

 

« Café le «  Trastet »

 

C’est probablement le plus vieux café de Puisserguier, car il était déjà présent dans les années 1870/1880.

Il appartenait aux grands parents de mon arrière grand mère Anita Phalippou. Le couple s’appelait Antoine et Augustine Castel, c’est pour cela que sur les plus vieilles photos on peut voir café CASTEL.

C’est dommage que la façade ne soit pas entretenue, elle est magnifique ! »

 

mémoires de puisserguier

 

Las, elle ne sera pas entretenue, mais l’équipe municipale a opté pour une solution permettant de la sauvegarder.

Dans un premier temps Julien, artisan menuisier du village l’a méthodiquement démontée (pièces après pièces) pour la stocker en lieu sûr et ainsi la conserver en l’état.

Plus tard, cette façade (témoin d’une autre époque) quelque peu restaurée, devrait trouver tout naturellement une place de choix dans le futur « centre de ressources ».

 

mémoires de puisserguier

 Tous les sympathisants des MémoiRes remercient sincèrement nos élus pour cette belle initiative.

lundi, 17 février 2014

4- Histoires de Bistrots

Je ne suis pas natif de  Puisserguier, mais j’ai beaucoup entendu d'histoires sur le village, par ma grand-mère (Simone Phalippou) et mes deux arrières grand-mères (Anita Phalippou et Paulette Pistre), dont je vous rapporte ce qu’elles m'ont raconté à travers quelques photos .

 

Le Café des Arts

 

Comme l'a dit précédemment  Marie Rose Gineste, de 1924 à 1934 c’est Henri Phalippou qui a été propriétaire du Café des arts sur cette période. Je sais peu de chose, la photo a été prise pour une fête de Puisserguier autour de  1928. Au milieu de la photo debout (avec les moustaches) on peut voir Henri Phalippou.

Peut être que certaines personnes reconnaitront des visages connus dans l’assemblée ?  Sur le balcon il y a un écusson avec un roi ? A-t-il un rapport avec l’union musicale qui se trouve dessus ?

 

Café des Arts.jpg

  

Sur la deuxième photo du café de Arts on peut remarquer que le nom a changé en même temps que la devanture : c’est le « Grand Café des Arts ».

Cette photo date de 1932, on peut le supposer, vu que les réparations  ont été réalisées vers 1931.

Sur la photo on peut voir assis en arrière plan avec la moustache Henri Phalippou, avec la casquette c’est Louis Phalippou, et l’enfant dans ses bras est Jacques Phalippou. A côte Marie Phalippou épouse d'Henri, et au milieu des trois femmes en train de coudre on peut voir Anita. 

Seul détail que je connaisse, mon grand père Jacques a fait ses premiers pas à travers les banquettes dans ce café.  En 1934 Henri a vendu le café des arts pour acheter le café de la bourse. 

 

Café de la Bourse

 

Cette photo  date de 1965, c’est à l’époque ou Roger et Marie Rose Gineste  en étaient propriétaires.

 

Café de la bourse.jpg

 

Henri Phalippou a été propriétaire du café de le Bourse de 1934 à 1946, mon arrière grand-mère racontait que lors des fêtes de Puisserguier (été et hiver), il y avait une foule considérable. Et lors de ces fêtes Henri avait le droit dans l’arrière salle du café d’organiser des jeux de casino (où certains propriétaires misaient gros), pour l’occasion il faisait venir des croupiers de Béziers. Peut être que d’autres personnes s’en rappellent ?

 

Café le «  Trastet »

 

C’est probablement le plus vieux café de Puisserguier, car il était déjà présent dans les années 1870/1880. Il appartenait aux grands parents de mon arrière grand mère Anita Phalippou. Le couple s’appelait Antoine et Augustine Castel, c’est pour cela que sur les plus vieilles photos on peut voir café CASTEL.

C’est dommage que la façade ne soit pas entretenue, elle est magnifique !

Narration/rédaction : Pierre Berton

 

Et c'est reparti pour le Tome 4 .....

Sortie Prévue le samedi 14 juin 

 

dimanche, 16 février 2014

Les outils d'écriture

mémoires de puisserguier

  

Derniers jours, une exposition permanente est proposée au 

 Centre de Ressources.

 

 

 

Son thème

 

L’Histoire

des Outils d’écriture

De l’origine à nos jours

(en 14 planches)

 

mémoires de puisserguier

 

Cette exposition est Visible dans le jardin attenant à la salle des associations. 

Elle est accessible (pendant la fermeture du Centre de Ressources) par l'issue sur l’extérieur (la clé se trouvant sur le trousseau de la porte de communication donnant sur les toilettes).

 

Fin février  les panneaux seront démontés mettant ainsi un terme à cette exposition.

 

dimanche, 09 février 2014

Une assemblée générale résolument tournée vers l’avenir !!!

 Ce Samedi 1er février, vous êtes venus très nombreux adhérents, ou sympathisants, ainsi que Mr le Maire et plusieurs élus, participer à l’assemblée générale de notre association.

 

 

 

mémoires de puisserguier

"Avant de commencer cette Assemblée Générale, j’ai voulu avoir une pensée pour Jean Paul, notre ami, soutien inconditionnel de l’association, qui nous a quittés trop tôt l’année dernière.

Ses commentaires éclairés, et sa présence discrète lors de nos manifestations nous manquent.

 

 

Le tome 4 lui sera dédié."

 

 

Un diaporama très détaillé a appuyé les rapports moral et financier de l’exercice 2013, ainsi qu’un bilan des activités de l’année écoulée riche en animations diverses et variées.

Cliquez sur : Diaporama Assemblée Générales des MémoiRes.pdf

 

Nous avons mis un point d’honneur à mettre en valeur les associations du village, ou d’ailleurs, qui se sont jointes aux « MémoiRes » pour un partenariat visant à rassembler nos concitoyens.

 

Partenariat qui devrait se poursuivre lors de la réalisation des très nombreux projets présentés pour l’année 2014.

Un des points culminants pourrait-être l’anniversaire du centenaire de la guerre de 1914-1918, à l’occasion de la commémoration du 11 novembre (une réunion préparatoire, à ce sujet, se tiendra prochainement au Centre de Ressources).

 

mémoires de puisserguier

 

Un des derniers chapitres abordés a été la présentation et la mise au vote des avenants aux statuts de l’association (établis avec l’aide d’un conseiller juridique) concernant les modalités de gestion et de devenir du Centre de Ressources des MémoiRes.

Conditions nécessaires et essentielles à la protection, non seulement de la propriété intellectuelle, mais également des objets confiés au musée afin qu’il n’y ait aucun risque de disparition importune et intrusive dans l’hypothèse d’une cessation d’activité de l’association.

 

Les différents points débattus ont été adoptés à la majorité, et chacun a pu ensuite partager, les délicieux royaumes de nos deux pâtissiers locaux.

 

Corinne