Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 24 août 2014

Le Centre aéré visite l’écomusée des MémoiRes

La semaine du 15 août a bien débuté pour les bénévoles de notre association. 

Nous avons eu le plaisir d’accueillir ce lundi, à l’écomusée du centre de ressources, les enfants et leurs accompagnants du centre aéré de la communauté de communes (A.L.S.H.).

Même si ces élèves étaient en vacances, c’est avec un réel amusement, dans l’ancienne classe, qu’ils se sont appliqués à écrire avec plus ou moins de difficultés avec la plume sergent major trempée dans l’encre violette. Violet tenace sur les doigts de la plupart d’entre eux.

 

mémoires de puisserguier

 

La suite de la visite dans « Puisserguier d’autrefois » les a souvent intrigué et leur a posé bien des interrogations sur la manière de vivre de leurs grands ou arrière grands parents.

Comme cette fillette qui se demandait comment faire sa toilette sans la douche !

Dans la cour de l’école, les marelles ont connu leur succès habituel, mais filles et garçons se sont aussi passionnés pour le vieux tracteur de « Mané » devant lequel ils ont constitué une file d’attente pour pouvoir, chacun à leur tour, s’asseoir aux commandes en tenant le volant de cet engin d’un temps qu’ils n’ont pas connu.

Les groupes étaient composés d’enfants venus pour le plus grand nombre des villages alentours, et tous ces gamins enchantés ont promis, en quittant les lieux, de revenir accompagnés de leurs parents et amis.

Il est bon de rappeler que l’écomusée de la vie d’autrefois du Centre de Ressources est un lieu vivant, en perpétuelle mutation. Il propose périodiquement des nouveautés tant au niveau des expositions que des animations. Il est possible de le visiter tous les lundis de 15 H à 17 H et les vendredis de 10 H à 12 H, ou sur rendez-vous.

Entrée libre et gratuite.

Le slogan « Se rencontrer, rassembler, raconter » reste toujours en pleine adéquation avec la philosophie de l’équipe de notre association.

mardi, 19 août 2014

Charly a tiré sa révérence.

Charles Sénégas, 79 ans, nous a quitté...

Fils de Jules, « Aux huiles de Provence », Charly à la mort de son père avait pris la relève du commerce aidé par son fils Frank.

 

aux huiles.jpg

 

Avec Francine, son épouse qui a été la première femme Maire (et la seule pour l’instant) de Puisserguier, ils ont vécu des épisodes douloureux avec le décès de deux de leurs enfants.

Différents chapitres sont consacrés à Charly et Francine dans les 4 tomes de « Puisserguier raconte ses MémoiRes ».

Mémoire, dont la perte faisait cruellement défaut à Charly, ce qui n’enlevait rien à sa gentillesse quand vous le croisiez dans le village. 

Toute l’équipe de notre association présente ses sincères condoléances à sa famille.

 Charly repose désormais

 au cimetière de Puisserguier 

mardi, 12 août 2014

Imbéciles et xénophobes

Non ! Je ne suis pas né à Puisserguier,...

... mais en France... A Lyon !

J’habite ce village depuis plus de vingt ans mais je n’ignore pas que je serai toujours considéré comme un « étranger » par une bande de crétins  aussi imbéciles que xénophobes.

« Vous n’êtes pas d’ici, vous n’écrivez que des conneries » me suis-je entendu dire, entre autres bêtises, vendredi jour de marché (devant notre vitrine et des témoins surpris par tant de haine) à propos d’un chapitre paru dans notre tome 4 !

Cette « dame » que la courtoisie et la bonne éducation m’empêcheront de traiter de noms d’oiseaux m’a hurlé dessus parce qu’on ne parlait pas de son père ???

Je rappellerais à « ces gens-là » que les tomes sont écrits avec des récits de Puisserguiérains qui ont bien voulu nous faire part de leurs souvenirs et nous donner des documents pour les illustrer.

Le texte concerné a été rédigé justement par un vrai Puisserguiérain de souche....

Le considère-t-elle comme un étranger lui aussi ?... Puisqu’il a omis de parler du fameux papa !

Il nous serait agréable que ces « propriétaires » de la pensée unique à Puisserguier, qui se voudraient supérieurs à nos concitoyens, s’élèvent, avec autant de véhémence, contre l’un de leurs amis, « natif de Puisserguier » dont on ne compte plus les « malveillances ».

Serge,

Avec toute ma sympathie à ces Puisserguiérains qui ont tant partagé. 

Co-fondateur de notre association, j’ai la fierté mesurée, avec tous mes compagnons de route (d’ici et d’ailleurs), et l’énorme travail accompli depuis 7 ans, d’avoir promu, bien au-delà de ses murailles, ce village que nous aimons tant.

Mais, imbéciles de tous ordres, rassurez-vous, le tome 5 ne racontera pas vos délations, car 127 pages ne suffiraient pas pour exprimer le mépris que vous méritez.

  

04.25 Midi libre 25 avril 2014.JPG

 

Un des 242 articles parus dans la presse depuis 2007.

 

@ Vieille Puisserguiéraine de souche et membre fondateur de l'association, je suis profondément touchée lorsqu'on attaque un de nos membres actifs, à plus forte raison lorsqu'il s'agit de Serge, qui est un des pivots et la cheville ouvrière du groupe. Si tous les imbéciles qui le traitent trop facilement "d'étranger" faisait le dixième du travail qu'il accomplit pour l'association, la renommée du village en serait décuplée.

C'est bien connu qu'il est plus facile de critiquer que de faire.

Nous n'avons pas la prétention de tout connaître et de tout savoir sur le village qui nous a vu naître, mais j'ai la fierté de penser que nos modestes travaux ont contribué à faire mieux connaître et aimer Puisserguier à bon nombre de personnes et même à certains natifs.

Puisque nous ne racontons que des c... nous invitons les critiqueurs en tout genre à venir nous rejoindre afin de  pouvoir rectifier le tir. Je suis bien rassurée mon invitation ne sera pas suivie d'effet, c'est trop facile de ne rien faire, mais de tirer les ficelles dans l'ombre.

Que les malfaisants  le sachent, nous ne baisserons pas les bras pour autant, bien au contraire cela nous donne une certaine pêche pour continuer à avancer.

Je voudrai dire à Serge qu'il a le soutien et la considération de toute l'équipe des "Mémoires". Monique

@ Moi même n'étant pas native de Puisserguier j'ai entendu ce genre de propos. A partir du moment qu'on n'a pas l'accent d'ici on est des "étrangers". Il est à noter que j'ai racheté  la maison de mes parents et suis à Puisserguier depuis 2001. Magnette Annie.

f Je suis d'accord avec vous, Serge se donne à fond pour ce village. Nous avons visité votre musée qui est superbement fait. Alors continuez et bravo à toute les personnes qui participent avec Serge aux mémoires de Puisserguier. Josette Caillot (Beynost/Ain).

@ Je tiens à signaler à tous les "mauvais coucheurs"  de Puisserguier qu'ils ont de la chance d'avoir Serge et Corinne pour faire connaitre leur commune.

En effet, j'ai eu la chance de les rencontrer en Bretagne, et ils parlent avec tellement de passion de leur village que nous avons l'intention d'y aller certainement dans les années futures. De plus, ancienne élue de ma commune, j'aurai bien aimé rencontrer quelqu'un d'aussi passionné pour m'aider dans la communication sur ma commune. Et pour toi Serge, tu sais, tu es du Monde et c'est le principal ! Sylviane Lecorre (Guengat/Finistère).

@ Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part.

Raphaël Bourgeois écrit : « Il faut bien voir que Brassens défend toujours la simplicité terre-à-terre. Ici, il se prononce contre ceux qui "se gonflent d'orgueil" et associent le hasard de leur naissance à un sentiment de supériorité par rapport au reste du monde - ceux qui enfoncent soit la tête dans cette terre pour ne pas voir plus loin que le bout de leur nez, soit se gonflent à tel degré qu'ils planent en Dieu au-dessus des têtes d'autrui. »

Bah! … , il vaut mieux méditer sur la citation de Socrate :        « Je ne suis ni Athénien, ni Grec, mais un citoyen du monde.  ». Barthàs

f Hello Frangin. Ne perd surtout pas ton précieux temps à polémiquer avec une minorité de "Frustrés" (ne dit-on pas qu'il ne faut pas parler aux c...., ça les instruit).

Continue à œuvrer, avec toute ta fougue, ton énorme volonté et ta passion à épauler Corinne et toute votre sympathique équipe de bénévoles, pour que les Mémoires de Puisserguier soit et reste une magnifique réalisation. Bises Raymond (St Priest/Rhône). 

 

f « Le jour où les cons voleront, ces gens-là seront très certainement chefs d'escadrilles. ». Raymond.

@ Bonjour,

Je ne voulais pas intervenir afin de ne pas faire enfler la polémique !

Mais je dois ici remercier toutes les personnes qui par leur commentaires, mails, messages ou directement, ont soutenu Serge et décrié avec force et indignation cette réelle et insupportable xénophobie à laquelle certains d’entre nous sont confrontés de plus en plus souvent !

Où allons-nous avec une telle mentalité !

Je rajouterai simplement que Serge n’a pas besoin d’avoir son nom sur une plaque pour prouver tout le travail qu’il a accompli pour « son » village avec cet engagement passionné qu’on lui connait et son total altruisme.

Merci à tous pour lui. Corinne Milhet

@ Avant de passer à autre chose,... Merci à tous !

Point besoin, en effet, d’avoir mon nom écrit sur une plaque. D’ailleurs, à juste titre, vous ne comprendriez pas pourquoi.

Je n’ai pas attendu de venir à Puisserguier pour réaliser pleinement mes passions tant professionnelles que personnelles.

J’ai simplement mis, avec l’aide de mes amis, mes compétences acquises au fil des années et de mes rencontres pour réaliser un beau projet dont nous pensions que notre village pourrait être fier.

C’était sans compter sur ces quelques individus dont la petitesse d’esprit et le manque d’imagination sont à la hauteur de leur égo démesuré qui les fait prendre pour ce qu’ils ne seront jamais : des personnages importants. Serge.

 @ Bonjour, Nous ne sommes pas de Puisserguier, mais depuis un peu plus de deux ans que nous nous sommes installés notre plaisir est immense, nous avons pu immédiatement rencontrer un groupe qui a su mettre le village en valeur, merci à Corinne et Serge en particulier, mais aussi à tous ceux qui les entourent. Anne

 mémoires de puiserguierMerci à Midi libre qui vient de me délivrer, dans son édition souvenir du 10 août (Année 1965), mon "certificat de nationalité héraultaise". Rien que du bonheur ce beau pied de nez à tous ces petits esprits. Serge

Midi libre2 10 août 2014.jpg

 

lundi, 11 août 2014

Une exceptionnelle réussite !

Léquipe de notre l’association « les MémoiRes de PUISSERGUIER » et son invitée Marie Odile Calmette-Rossi (petite-fille du Colonel Girvès) sont très fières du succès remporté, ce week-end, par l’exposition d’affiches rétrospectives « Plus jamais çà ! ». 

En effet  plus d’une centaine de personnes s’est pressée à l’écomusée de la vie d’autrefois du Centre de Ressources autour de ce témoignage émouvant porté par ces gravures de propagande des années 39/40. 

En quelques mots Marie Odile Calmette-Rossi a présenté sa collection conservée par son Grand Père, bien après la guerre : « Ces affiches remontent à la période de la seconde guerre mondiale et en particulier au gouvernement de Vichy. L’exposition est divisée par périodes et par thèmes. Vous pouvez voir certaines affiches concernant l’antisémitisme. Une autre série d’affiches de propagande concernant soit le travail volontaire en Allemagne, soit les valeurs de la famille, des institutions et de forces armées. Et enfin, nous arrivons au thème principal : celui des bombardements. » 

Chacun a pu apprécier la qualité graphique des affiches et se poser les questions sur les slogans, avec en mémoire le titre de l’exposition « Plus Jamais ça ! » 

 

mémoires de puisserguier

 

La visite de l’écomusée et le rafraîchissement autour d’une buvette amicalement dressée devant la salle d’exposition clôturaient ce retour au passé.

 

mémoires de puisserguier

 

Les membres de notre bureau tiennent à remercier Marie Odile, et le nombreux public qui s’est déplacé sur ces deux jours en apportant, une nouvelle fois, un soutien inestimable à leur engagement de « passeurs de MémoiRes ».

Voir extraits du Livre d'Or des MémoiResLivre d'or des MémoiRes.pdf

 

 

 

 

Résultat du tirage de la tombola

lot 1 : Jean Pierre Gontier N° 21

lot 2 : Michel Bazières N° 12

lot 3 : Jean Amiel N° 54