Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 19 mars 2016

Le Café Castel

Nous avons reçu cette photo postée par Pierrette, des Pyrénées orientales, que nous remercions pour ce document d'archive que nous ne possédions pas dans notre photothèque de l'écomusée.

mémoires de puisserguier


Elle nous précise que ses arrières grand-parents et ses grand-parents ont travaillé dans ce café.
Ses parents sont nés et ont vécu à Puisserguier (années 1879 à 1921).


Nous avons retrouvé ce qu'était devenu, au fil des ans et des propriétaires, ce "Café Castel" après qu'il ait changé de nom.

Et vous ? Sauriez vous nous dire de quel café s'agissait-il ?

****

Il s’agissait du « TRASTET ».... Ci-dessous, des extraits du Tome 4 de « Puisserguier raconte ses mémoires » (disponible à la vente),

Histoires de Bistrots.

__Café le «Trastet»
C’est probablement le plus vieux café de Puisserguier, car il était déjà présent dans les années 1870/1880. Il appartenait aux grands parents de mon arrière grand mère Anita Phalippou.
Le couple s’appelait Antoine et Augustine Castel, c’est pour cela que sur les plus vieilles photos on peut voir café CASTEL.
C’est dommage que la façade n'ait pas été entretenue, elle est magnifique!
Narration/rédaction : Pierre Berton___

mémoires de puisserguier

___En face de l’autre côté de la place était le café du Trastet. Plus simple, moins élégant, mais qui avait une bonne clientèle de filles et garçons qui allaient danser. Faire ses débuts de danses. Les grandes filles apprenaient à danser les jeunes garçons. L’orchestre se composait d’un seul musicien. L’homme brave, le père tranquille, c’était monsieur Phalippou (père) qui nous faisait danser avec son accordéon. Il jouait de routine, mais c’était de belles danses, valses, mazurkas, scottish,..
Il battait sa mesure avec ses pieds chaussés de gros sabots de bois.
Les plus grands faisaient la quête pour lui et il était satisfait.
Puis il y avait bal avec le piano automatique chez « Mailhol ». Là il fallait que les danseurs à tour de rôle mettent 2 sous dans une échancrure du piano pour être servi d’une jolie danse.
Dommage, c’était trop petit pour recevoir un grand nombre de danseurs. C’était la bousculade, le "boui boui".
Certaines mères ne voulaient pas que leurs filles aillent danser dans cet établissement, car il y avait beaucoup de bagarres, entre la jeunesse du village et la jeunesse étrangère.
Narration : Armand Fabre___

mémoires de puisserguier

___Mes souvenirs du Trastet
La dernière dénomination commerciale du Café de la place de l’Eglise était « Café du Marché » communément surnommé le Trastet.
Mes parents Roger et Marie-Rose Gineste ont acheté ce café en 1948 et l’ont exploité jusqu’en 1959.
Ma sœur Geneviève et moi-même y sommes nées. Toute la famille y a vécu jusqu’en 1959.
C’était un café de quartier. Les jours d’enterrement il y avait plus de clients. La vie du quartier de la place était dense avec les commerçants ambulants : Valiente, Le Bazar tout à 100 francs, le rétameur, Lali la marchande de légumes ... La musique municipale y tenait des concerts.
Au café la clientèle, exclusivement masculine, se composait en grande partie d’ouvriers agricoles qui se retrouvaient autour d’une partie de cartes, belote, jeux de cartes espagnoles, petit paquet (jeu d’argent et de hasard).
Le samedi, la clientèle des cafés d’en bas venait faire l’apéritif......
Mes parents ont fermé le café du Marché car ils ne pouvaient exploiter deux cafés en même temps. Ils on vendu la licence IV catégorie et ont gardé l’immeuble quelques années, il a servi à loger les ouvriers de la SAT (entreprise qui a enterré les lignes téléphoniques sur Puisseguier) et dont les ouvriers ont séjourné pas mal de temps sur Puisserguier, ils ne se doutaient pas qu’ils dormaient sous des plafonds du XVème siècle. Nous nous sommes servis une année de la grande salle du 1er étage comme lieu de rendez-vous pour confectionner les fleurs en papier pour une cavalcade. Et ensuite mes parents ont vendu l’immeuble à Monsieur Pilhon plombier chez qui travaillait Jo Pagan. La famille Pilhon a pris possession des lieux et la suite de l’histoire du Trastet vous la connaissez jusqu’à la découverte accidentelle de ces plafonds qui nous racontent une autre histoire.
Narration Monique Gineste__

mémoires de puisserguier

f Ils sont comment ces plafonds ? MClo Aguilar

mémoires de puisserguiermémoires de puisserguier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir rapport officiel :

http://www.culture.gouv.fr/Wave/image/merimee/PROT/PA3400...

f Merci ! Quel choc en enlevant le plâtre de découvrir 5 siècles qui dorment dessous !
Comment la commune va gérer ce lieu historique ? Peut-on le visiter avec les jeunes ? MClo Aguilar

f A notre connaissance, dans l'état des lieux, ce plafond n'est visitable, ni par les enfants, ni par des adultes. La vétusté de l'immeuble en interdit l'accès.... Il semblerait, à la lecture du compte rendu d'une réunion du conseil municipal (8 septembre 2015, voté à l'unanimité) que des frais pourraient être engagés. Ci-dessous, extrait du CR.......

Maison au Plafond Peint
Programme travaux d’urgences
– mise en sécurité, protection, dépose des closoirs
Cout : 41 666.67 € HT – 50 000 € TTC
Demande de subvention à la DRAC, au Conseil Départemental, Pays.....

http://www.ville-puisserguier.com/sites/ville-puisserguie...... Serge Basset

mémoires de puisserguier

l'escalier d'accès à l'étage où se trouve le plafond

Les commentaires sont fermés.