Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 31 août 2016

A CORPS PERDU ... Spéciale réception à la mairie !

L’ensemble des membres des MémoiRes remercie Jean Noël Badenas, notre maire, et son conseil, pour cette sympathique cérémonie d’accueil (du 24 août) de l’équipe de tournage du film « A corps perdu ».

mémoire de puisserguier

A noter parmi les invités, la présence de Gérard Gleizes (Maire de Montouliers) qui a mis à disposition tous les moyens dont il disposait pour aider la production.

mémoire de puisserguier

En quelques mots, très simples, Jean Noël Badenas a exprimé la satisfaction de tous d’avoir cette chance de voir se tourner un film à Puisserguier.

Il a aussi salué l’investissement de notre Présidente Corinne, et son travail, qui ont permis de mettre en relation (début 2016), avec Emma Debroise, les divers protagonistes qui permettent de réaliser ce projet.

mémoire de puisserguier

M. le maire a offert à chacun des invités, actrices, acteurs et équipe technique une bonne bouteille de vin en soulignant l’importance économique de la viticulture de notre région.

mémoire de puisserguier

Encore un grand merci à tous,

Et souhaitons une belle réussite à « notre bébé »

: A CORPS PERDU

A CORPS PERDU ... Vendredi 26 août, en ramenant Charlotte à la gare !

Dédicace de Charlotte Broimare dédiée à toute l'équipe des MémoiRes de Puisserguier et à nos partenaires qui ont participé à cette extraordinaire expérience.

Charlotte Broimare.jpg

 

A CORPS PERDU ... Dimanche 28 & Lundi 29 août

Jours 10 dimanche 28....

Julien finalise le rangement de la salle du musée prêtée pour le stockage de ses décors, puis chez Marie Odile.

On se retrouve à midi pour un déjeuner italo/sarde chez Sergio et Marie Odile, pâtes, lapin recette « mama » de Sergio, glaces et pour bien digérer le fameux Limoncello glacé…

L’après midi Mané amène Julien acheter du vin à Saint Chinian et chacun reprend son rythme.

Julien visite Puisserguier, nous nous affalons devant la TV.

7 heures on se retrouve aux arts où chacun payant sa tournée cela nous amène assez tard, puis direction la maison pour « rouséguer » quelques morceaux de poulet et se rafraichir avec quelques crudités.

 ... et 11 lundi 29 avec Julien.

Dernier tour de manivelle, ce matin 6 h avec le départ de Julien.

_SAM0678.JPG

Mon filleul, Gaston, exemplaire de sagesse (ce qui n'a pas été le cas d'intrus d'une impolitesse crasse..) pendant le tournage du film (A corps perdu) dans "sa maison" se remet des ses émotions sur son canapé retrouvé.
Merci de ne pas déranger.

A CORPS PERDU ... Samedi 27 août

Jour 9 : samedi 27 aout 

Dernier jour de tournage !

Tout se passe dans la cuisine de Marie Odile.

Le matin, l’exigüité de lieux et la chaleur sur la terrasse nous privent d’accès au tournage. Mais ce n’est pas plus mal, il faut conserver un peu de suspense.

_SAM0544.JPG

_SAM0534.JPG

_SAM0533.JPG

Nous avons eu la chance de voir les décors avant et après et c’est vraiment impressionnant.

A midi Mané, Serge et moi, déjeunons chez Chantal et Mario, puis je rentre bricoler à la maison. Serge et Mané partent assister à quelques prises.

Vers 17 h 30, Serge m’appelle et me dit que le film est terminé !!!

_SAM0549.JPG

_SAM0548.JPG

Thomas a demandé à ce que tout le monde se retrouve aux Arts pour un apéro.

Je m’y rends donc et retrouve quelques membres de l’équipe puis je vais retrouver Mané chez Marie Odile.

Emma est là, très fatiguée mais toujours aussi souriante.

Je la félicite et elle me demande de l’attendre un moment.

Nous discutons avec Sergio et Marie Odile qui nous offrent une coupe de champagne (malgré la chaleur).

Emma de retour offre à Mané, Serge et moi un très joli bouquet. Nous sommes tous très émus par le petit mot écrit par Emma et Mathieu l’accompagnant.

_SAM0590.JPG

Je ne vous en donnerais pas le texte, Serge et moi le gardons précieusement non seulement dans ma boîte à souvenirs, mais surtout dans nos cœurs.

Ces deux là (et Mélisande que je ne peux dissocier d’eux même si elle n’est pas présente physiquement) sont des personnes qui ont des valeurs, des idéaux, des principes, qui sont totalement raccords avec les nôtres.

La minute d’émotion passée, nous nous retrouvons au café des Arts.

Au fur et à mesure les uns et les autres arrivent après avoir remballé le matériel. Le dernier bien entendu étant Julien qui œuvre sous les directives de Marie Odile.

Nous convenons avec Olivier du moyen de récupérer le camion prêté par la mairie, ainsi que la clé de la salle des associations. Serge passera prendre Alexandre et l’amènera à a gare de Béziers à 8 heures le lendemain, et le reste de l’équipe partira vers 5 heures pour rentrer à Paris. Seul Julien reste un jour de plus pour terminer les rangements et partira lundi matin. Il couchera à la maison.

Quand tout le monde est là, Bob explique qu’il offre un apéro/tapas.

Vin blanc, rosé, quiches, pizzas, seiche,…régalant tout le monde.

_SAM0578.JPG

_SAM0625.JPG

_SAM0632.JPG

Vers 9 h 30, Thomas qui n’a rien perdu de son autorité demande à chacun de regagner sa place pour le diner.

Avant cela une photo de groupe est prise à la demande de Bob.

Groupe Café des Arts.jpg

Nous les quittons à ce moment là et après des embrassades émouvantes et amicales, regagnons tranquillement la maison.

_SAM0604.JPG

 

A corps perdu, Samedi 27 août !

Journée de « FIN DE TOURNAGE »....

Un dernier mot !!!!

 

C’est ce samedi 27 août qu’en fin d’après midi a retenti: « FIN DE TOURNAGE »....

L’équipe des MémoiRes de Puisserguier et tous les participants à cette aventure cinématographique ont assisté au « CLAP DE FIN » !....

Enfin, pas tout à fait puisque la soirée s’est terminée avec un apéritif offert par Bob, au Café des Arts.

Ambiance conviviale et sympathique pour des « Au revoir » un tantinet humides (Même le temps de dimanche matin s'est teinté de grisaille, comme si !).

A l’unanimité chacun a tenu à redire :

« Merci à Emma, Charlotte, Guillaume, Benjamin, Philipp, Ludovic « nos acteurs » pour leur gentillesse à toute épreuve.

Merci à Mathieu (avec une pensée pour Mélisande), Thomas, Olivier qui ont su diriger tout ce beau monde avec énergie et amabilité. Toujours le bon mot d’encouragement et le sourire.

Merci à Julien (le magicien du décor, puis fée du logis pour remettre tout en place dès les scènes achevées), Philippe, Olivier2, Alexandre1, David, Alexandre2 aux manettes pendant ces jours de tournage. »

L’association des MémoiRes, en accord avec ses membres, a décidé de tous les nommer «MEMBRES D'HONNEUR ».

Ne pas oublier un grand merci à tous les figurants, Puisserguiérains et d’ailleurs, ainsi que l’équipe de l’association « Maquisards Reconstitutions », qui ont été admirables, du plus jeune au plus âgé.

Cette extraordinaire aventure demeurera un grand souvenir pour chacun de ceux qui ont partagé les péripéties de ce tournage. Pour très longtemps.

Les MémoiRes de Puisserguier ont encore à démontrer, avec leurs partenaires de l’aventure « A corps perdu » qui ont participé à cette expérience, qu’il est possible de dynamiser la vie dans leur beau village de Puisserguier qui a offert ses meilleurs atours pour réaliser ce film.

En conclusion, encore merci à tous, sans oublier M. le maire, Jean Noël Badenas et ses adjoints, qui ont mis à disposition la logistique d’accueil (véhicule, locaux, autorisations, wifi...) de l’équipe de tournage.

A CORPS PERDU ... Vendredi 26 août

Jour 8 : vendredi 26 aout

Jour de marché à Puisserguier !

A 7h 30, Serge se rend au gîte pour récupérer Charlotte et l’amener à la gare de Béziers.

Il en profite pour lui faire dédicacer quelques photos pour les uns et les autres et Charlotte s’y plie très simplement.

On tourne à l’écomusée !

_SAM0455.JPG

Ca y et le grand jour est arrivé !

La salle de classe est méconnaissable. Elle est devenue une salle de classe dans une école réquisitionnée par les allemands et transformée par « eux » en bureau de l’officier allemand joué par Philipp.

_SAM0453.JPG

_SAM0492.JPG

Les bureaux sont gerbés pour dégager la salle.

Sur le bureau de l’instituteur trône un affreux drapeau nazi, une machine à écrire, des tampons, des courriers,….

_SAM0468.JPG

_SAM0476.JPG

Au mur un autre drapeau. Sur les cartes de géographie ont été épinglées des cartes d’état major. Le placard où se trouvent les manuels scolaires est devenu le coin « toilette » de l’officier, avec cuvette remplie de « sang » (vous saurez pourquoi en visionnant le film), blaireau, miroir,…..

_SAM0502.JPG

Tout cela est impressionnant et nous met vraiment dans l’ambiance de cette terrible époque.

Serge prend quelques photos, mais la pièce est très sombre pour les besoins de la scène.

Le tournage débute avec Emma/Madeleine et Philipp/Karl.

_SAM0473.JPG

Philipp arbore une magnifique balafre factice savamment faite par Nadine la maquilleuse. Sa chemise est tachée de sang. Avec sa gentillesse habituelle, il se prête aux séances photos avec un petit mot pour tous.

Durant le tournage et surtout au moment des « coupes » Julien, Mané et moi, aidé par Rémi faisons l’inventaire des objets rendus et les remettons à leur place dans le musée.

Lorsque les scènes sont terminées, l’équipe qui a rendez vous à midi au restau car Bob est débordé le vendredi et il faut que le repas se passe rapidement.

_SAM0519.JPG

On déjeune chez Chantal puis on rentre à la maison pour se poser un peu.

Serge passe prendre Guillaume aux Arts pour l’amener à la gare de Narbonne à 14 h.

L’après midi les scènes se poursuivent chez Marie Odile.

_SAM0529.JPG

Le soir, Mané aide Julien à ramener des objets chez Philippe et à en ramener de chez Marie Odile à l’écomusée.

Olivier (le petit) m’appelle pour me demander les coordonnées d’un médecin car Emma s’est coupée légèrement. Serge y amène Monique Colombié mais entre temps Marion la costumière titulaire d’un brevet de secourisme a assumé la fonction.

A CORPS PERDU ... Jeudi 25 août

Jour 7 : Jeudi 25 aout

Le planning ayant été changé par la production, le tournage se déroule dans la maison du Capitaine Latourette.

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

Nous restons sur la terrasse car l’accès à la pièce dans laquelle se joue la scène est déjà très improbable, d’autant plus qu’il est saturé de câbles et autres instruments techniques.

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

Je reçois un appel du journaliste de Radio ciel bleu, Joseph Ribas, qui me dit vouloir interviewer l’actrice du film.

Sachant qu’Emma tournait, je lui propose de l’emmener au producteur. J’appelle Olivier qui se trouve à la salle des associations et lui demande où il veut recevoir le journaliste. Il me demande de le lui amener à la salle des asso. Chose faite.

Je reviens donc chez Marie Odile. Olivier y amènera plus tard le journaliste qui effectuera une interview d’Emma dans la cuisine !

mémoires de puisserguier

Julien avait demandé à Mané de lui récupérer le pain qu’il avait commandé à la boulangerie Séraphin afin de le mettre en place dans la déco. Je tiens à préciser que Marjorie et Stéphane ont offert gracieusement les 4 ou 5 grosses miches qui figureront dans la scène.

Mané, Chantal et moi nous retrouvons chez Bob pour un bon demi en attendant midi.

mémoires de puisserguier

Le journaliste qui a terminé, veut interviewer Charlotte qui se trouve au bar avec ses amis. Il demande à Serge de jouer le caméraman car il doit, lui, tenir son micro. Ils s’isolent tous les 3 à l’intérieur et M. Ribas fait son interview.

Pour nous remercier il boit un coup avec nous en terrasse une fois son boulot terminé.

mémoires de puisserguier

Il nous demande s’il serait possible de faire un reportage à l'écomusée très prochainement.

L’équipe du film se retrouve pour déjeuner, et Mané, Serge, Chantal et moi rentrons à la maison déguster une bonne salade de tomates bien fraiche.

L’après midi, il est prévu le tournage de la scène de l’épicerie à l’ancienne boulangerie Hérail.

Mané qui connait bien une des propriétaires, Alexandra, avait pu avoir l’autorisation ainsi que les clés pour assurer la déco et le tournage.

Beaucoup d’émotion pour Alexandra et sa famille de revoir ce commerce ouvert, bien que détourné de sa fonction initiale, mais…

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

Des « vieux » Puisserguiérains, dont je fais partie, ont également la gorge nouée de voir revivre ce coin de village.

La déco est super. Julien a encore frappé…. Il fait un boulot de fou, perfectionnisme, organisation, professionnalisme et tout cela avec une gentillesse à toute épreuve malgré le stress que doit procurer un tel engagement.

La scène du matin ayant été perturbé par le bruit « infernal » de la route (pas encore de déviation, et c’est là qu’on se rend compte du passage…) l’équipe a pris du retard.

La scène de l’épicerie démarrera à 17 heures.

mémoires de puisserguier

Durant les coupures, Sophie (ma fille) et moi discutons beaucoup avec Philipp. C’est une personne vraiment adorable, d’une simplicité et d’une gentillesse incroyables. C’est quand même un acteur de talent qui a une carrière professionnelle énorme derrière lui, et il discute avec nous comme si on se connaissait depuis toujours. Il nous explique son dernier grand succès théâtre « les coquelicots des tranchées » une pièce qu’il a énormément aimé jouer, il nous parle un peu ciné, théâtre, c’est un vrai plaisir. Puis à la fin du tournage de la scène, il aide tout naturellement les techniciens à transporter le matériel ! La classe M. Weissert !

Les prises sont rapides à peine 2 heures et chacun regagne ses occupations.

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

Mané, Serge et moi rejoignons Julien à l’écomusée à la demande de Thomas afin de l’assister très symboliquement à la mise en place de la scène qui s’y déroulera le lendemain.

Comme nous le pensions Julien n’a absolument pas besoin de nous et nous rentrons à la maison alors que lui continue à bosser.

mémoires de puisserguier

A CORPS PERDU ... Mercredi 24 août

Jour 6 Mercredi 24 aout

7 heures, Midi Libre dans la boîte et en première page « On tourne à Puisserguier » ainsi qu’un bel article sur le tournage en seconde page et en page région.

Midi libre1 24 août 2016.JPG

mémoires de puisserguier

 

RDV à 9 heures.

Serge est chargé d’amener Philipp et Guillaume (respectivement Karl et Fernand), en relâche jusqu’à 16 heure, farnienter à Roquebrun au bord de la rivière. Il les récupèrera pour les ramener tourner l’après midi.

mémoires de puisserguier

Début de la mise en condition rue Rouget de Lisle 1 heure plus tard les premières « méca » (répétitions).

Quelques habitants sont groupés à l’entrée de la rue pour essayer de voir ce qui s’y passe. Ce n’est pas facile, la rue est étroite.

Mané et moi sommes chargées par le petit Olivier de bloquer les véhicules en haut de la rue Thiers quand le réalisateur demande le silence.

L’équipe se déplace ensuite rue de la République pour tourner rue du presbytère. Là encore, la rue est étroite et il est peu évident de voir l’action.

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

Heure du déjeuner que l’équipe prend chez Bob comme à son habitude.

mémoires de puisserguier

A côté, Mané, Chantal, Serge et moi y dégustons le plat du jour, poulet aux poivrons et frites ainsi qu’un délicieux dessert tout cela servi par un Fabrice en pleine forme…

mémoires de puisserguier

15 heures, tournage « plan dels cathars » où se regroupe quelques villageois.

Nous y retrouvons Delphine, la propriétaire du salon « Instant coiffure » qui a eu la gentillesse de récupérer des cheveux de ses clientes  pour une scène du film. Nous lui avions passé une photo d’Emma afin qu’elle puisse récupérer ceux de la bonne teinte.

La scène jouée par Emma, Charlotte et Mathilde respectivement Madeleine, Yvonne et Marcelle, se tourne et retourne à cause notamment des trop nombreux bruits ambiants (moto, voiture, perceuse,…).

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

Une autre scène a été tourné rue Parmentier, mais je n’y ai pas assistée.

mémoires de puisserguier

Le soir à 19 h 30, la municipalité a offert un apéritif à tous les membres des équipes afin de les remercier au nom du village pour la publicité engendré par leur présence et leur travail. Monsieur le maire a insisté sur l’implication de nos 2 associations locales, les MémoiRes et les Maquisards.

mémoires de puisserguier

mardi, 30 août 2016

A CORPS PERDU ... Mardi 23 août

Jour 5 : Mardi 23 aout

8 heures, je me pose dans la propriété qui va voir le tournage d’une scène capitale et très intéressante avec maquillage spécial et apparition des nouveaux acteurs.

Les équipes arrivent au fur et à mesure, s’installent, font des essais, des réglages.

_SAM9842.JPG

Puis des « méca » et « on tourne ».

Dans la matinée arrive la journaliste du Midi Libre qui m’avait contactée et qui est dirigée vers Olivier le producteur.

Elle interviewe Emma, les maquisards et nous.

_SAM9931.JPG

Midi libre 24 août 2016.jpg

mémoires de puisserguier

http://www.midilibre.fr/2016/08/24/ca-tourne-a-puissergui...

 

La scène est tournée. En déco, quelques bureaux de l’écomusée puisque le lieu doit restituer la cour de l’école.

_SAM9880.JPG

Déjeuner, toujours chez Bob pour l’équipe.

Serge et moi partions déjeuner à la maison quand la journaliste nous rattrape pour nous demander si on peut lui faire visiter le musée. Cela l’arrangerait car elle a un créneau.

Serge l’amène car j’ai des coups de fil à donner.

15 heures retour à la propriété pour le tournage de la dernière scène qui doit s’y passer.

Philippe amène sa traction FFI qui fait un sacré effet.

Beaucoup de spectateurs, très gentiment installés sur des chaises et à l’ombre par les propriétaires des lieux.

_SAM9889.JPG

_SAM9966.JPG

Quand le tournage est terminé, ils offrent même un succulent « goûter ».

Fin de journée, et comme d’habitude, Mané aide Julien à ramener les objets au musée.

Tout ne se fait pas en claquant des doigts, mais avec beaucoup de travail, d’allers et venues sur tous les sites. Tous les objets prêtés par l’écomusée se retrouvent dans des lieux improbables, mais finalement « à leur place » puisque replacés dans leur contexte usuel. Et cela nous fait vraiment plaisir, cela fait partie de nos objectifs et de nos prestations.

19 heures, Thomas qui a eu le temps de faire son « sport » à l’aire des Hortes vient prendre une douche à la maison et demande à Serge de lui présenter les Rolling Stones en musique en écoutant des vinyles "Live" du groupe.

Moment très convivial.

Gerland 2007.JPG

A CORPS PERDU ... Lundi 22 août

JOUR 4 : LUNDI 22 AOUT

Rendez-vous est pris à 8 h 30 sur le parking du cimetière pour l’équipe technique et les personnes ayant à tourner ce jour là.

Le tournage se déroule à Laurenque, petit hameau au dessus de Roquebrun où l’accès est difficile.

Seule Mané s’y rend car c’est elle qui a trouvé le site et qui en connait le propriétaire.

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

Jean Claude, l'heureux propriétaire qui a aimablement mis à disposition ce bel endroit,

entre Nadine, Charlotte et Emma

Serge et moi avons pour mission d’aller chercher BENJAMIN BRENIERE (qui joue le rôle de Pierre) à la gare à 10 h 40 le dernier à rejoindre la troupe.

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

Nous lui faisons faire un petit tour de Béziers avec la grosse déception de ne pouvoir lui montrer les écluses de Fonséranes fermées au public jusqu’en 2017 ! Accès par bateau uniquement nous confirme une jeune fille qui tient un espace OT.

Nous rentons donc à Puisserguier pour déjeuner chez Bob.

Nous discutons avec Benjamin de son parcours, de ses goûts. C’est un garçon très sympathique, totalement accessible qui a déjà une carrière théâtrale et artistique déjà bien remplie.

Comme il ne peut aller au gîte, nous l’amenons à la maison où il se repose.

L’équipe de Laurenque qui devait arriver vers 17 heures arrive finalement vers 19 h 30.

Je ne peux vous parler de cette journée au niveau des scènes, n’y ayant pas assisté.

Par contre ils ont tous été unanimes pour dire que le coin était magnifique, que le point d’eau avait finalement bien rendu, mais que le tournage avait été très long et fatigant. Notamment pour Emma/Madeleine, fort et fortement bousculée par un Fernand/Guillaume bien costaud.

Il y a encore une scène à tourner dans la propriété où se trouve la cour de l’école.

Serge y amène Benjamin et assiste au tournage.

mémoires de puisserguier

Madeleine/Karl

mémoires de puisserguier

Phillip/Karl

mémoires de puisserguier

Emma/Madeleine

A CORPS PERDU ... Dimanche 21 août

JOUR 3 : DIMANCHE 21 AOUT

Convocation pour 8 heures à Montouliers.

Serge part de bonne heure avec Nadine.

Mané et moi allons chercher le pain commandé par Olivier à Bize avant de nous rendre à Montouliers.

Une fois habillés, les figurants retrouvent en pleine préparation avec Olivier qui les briefent à avoir une attitude haineuse et agressive envers la pauvre « Madeleine » lors du tournage de la scène du jour.

mémoires de puisserguier

Il n’est pas facile apparemment de se défouler sur quelqu’un qui n’a rien fait directement ! Mais le résultat sera surprenant !

mémoires de puisserguier

La troupe se dirige vers le lieu du tournage, de magnifiques ruelles, les Calades de Montouliers.

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

Et,... là, c’est la grande aventure qui commence, tout s’installe.

Caméras, micros, câbles, …

mémoires de puisserguier

Thomas dirige les acteurs et les figurants, leur donne des conseils, les place.

Ils répètent, une fois, deux fois, encore !

Tout cela sous un soleil de plomb, coincés entre 2 ruelles étroites.

C’est une scène difficile, qui ravive des souvenirs douloureux racontés par les parents ou grands parents.

Il faut crier, hurler, invectiver la pauvre Madeleine et au bout assister à un rituel odieux.

mémoires de puisserguier

Cela donne la chair de poule.

Il est l’heure de déjeuner.

Mané, Olivier (le petit, il y en a 2, le second c’est le grand) et moi avons confectionné 45 sandwiches pour tout l’équipe bien affamée, mais surtout assoiffée.

Un peu de repos et c’est le moment de repartir tourner la scène.

Chacun se place. Mathieu derrière son moniteur sous un drap noir, Les 2 Alexandre au son, un tenant la perche, Philippe derrière la caméra, chacun de ces « artistes » de la technique évoluant comme à la maison !

Puis Thomas l’homme orchestre, écouteurs scotchés aux oreilles, portable à la main, attrape le clap et annonce la scène.

On va tourner !

Thomas demande à chacun de se taire, d’éteindre les portables et d’éviter de se déplacer. Le moindre petit bruit peut gêner et ce fut le cas lorsque d’une maison riveraine on a entendu de la musique. Olivier a du aller taper à la porte pour demander le silence.

Avec sa voix de stentor Thomas dit les mots magiques :

« on tourne ».... « ACTION !!! »

Et la scène répétée le matin prend forme sous nos yeux. Les acteurs, et les figurants sont formidables. Pour nous la première était la bonne, mais Mathieu très exigeant en fait refaire, une autre puis une autre avant d’arriver à « c’était pas mal » !

Une seconde scène est tournée, tout aussi dramatique, mais seulement avec l’actrice principale.

Gros plans qui laisseront à chacun son propre imaginaire.

C’est étonnant, passionnant, et on ne voit pas passer le temps ! Enfin ceux qui comme nous regardent.

A noter le courage et la patience d’une toute petite fille de 5 ans qui, vêtue d’une vieille blouse grise d’écolier, a tenu son rôle de bout en bout.

mémoires de puisserguier

Bravo la puce.

Il faut également noter la fabuleuse interprétation de Mathilde qui du haut de ces 9 ans a époustouflé par sa facilité de réaction aux consignes données.

mémoires de puisserguier

Ne parlons pas d’Emma, qui nous a tous fait frissonner par son jeu d’actrice et de Guillaume qui était superbement fabuleux dans son rôle d’idiot du village.

mémoires de puisserguier

Je peux vous dire qu’il est loin d’en être un mais que c’est un drôle de luron, toujours en train de faire le clown.

Les figurants sont bien fatigués notamment les maquisards sous leurs costumes épais, et à 17 heures il n’y a plus qu’à ranger le matériel.

Chacun repart donc chez soi avec les consignes pour le lendemain.

Serge et moi allons récupérer à la gare à 19 H 15 PHILIPP WEISSERT (qui joue le rôle de Karl).

Et nous le déposons au musée où il retrouve son équipe.

Nous rentrons au moment où ils se rendent tous dîner chez Bob

A CORPS PERDU ... Samedi 20 août

JOUR 2 : SAMEDI 20 AOUT

Lors du petit déjeuner sur la terrasse, nous récupérons Nadine, la maquilleuse qui intègre la bande.

Accompagnés de Mané et Serge, l’équipe s’installe dans la salle des associations et à l’écomusée puis revisite les sites où seront tournées les différentes scènes.

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

Julien le chef déco commence à amener des objets sur place et à préparer la salle de classe.

Déjeuner à la campagne chez Mané, puis une partie se dirige vers Laurenque pour une nouvelle auscultation du « lac ».

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

Les autres se concentrent sur les problèmes de transport de la deuxième équipe stoppée aux environs de Milhau par un problème mécanique.

Olivier dirige tout cela de main de maître et ils sont finalement rapatriés en taxi au gite.

A 17 heures rendez-vous était donné aux figurants, à Montouliers, pour un essayage des costumes, rencontre et préparation de la journée du lendemain.

En l’absence de certains membres de l’équipe, coincés à Milhau, Mathieu et Emma s’occupent eux-mêmes des arrivants avec leur gentillesse et leur simplicité habituelles.

Essayage des costumes, étude des coiffures et des maquillages, administratif, prise de contact, présentation planning,….

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

L’équipe au complet, Nadine, Mané et nous, nous retrouvons enfin au Café des Arts pour un sympathique et convivial repas précédé d’un apéro de bienvenue offert par Bob, le patron !

mémoires de puisserguier

Thomas & Bob

Nous faisons la connaissance de CHARLOTTE BOIMARE et GUILLAUME BURSZTYN, les acteurs, et du reste de l’équipe technique, Alexandre 2, Olivier 2, Ludovic, David (Mister Pokémon), et retrouvons avec grand plaisir Thomas affublé d’un magnifique chapeau noir venu direct des USA.

mémoires de puisserguier

Charlotte Boimare & Emma Debroise

mémoires de puisserguier

Charlotte Boimare

A CORPS PERDU ... « ACTION !!! ». Vendredi 19 août

Nous vous avions promis le journal du tournage, mais les journées sont tellement prenantes qu’il est difficile de se mettre à l’"ordi" le soir !

Mais chose promise, voilà le topo, note après note, le JOURNAL de ces jours de tournage.

A la demande de la production, nous ne dévoilerons pas trop les scènes, il faut garder un peu de mystère, mais nous vous joignons quelques photos.

JOUR 1 : VENDREDI 19 AOUT.

A l’écomusée ce matin là, 27 VISITEURS !

Tout commence par l’arrivée d’Olivier Biercewicz, le producteur que Mané va récupérer à la gare de Béziers.

De là ils se rendent tous les deux à Laurenque pour vérifier le niveau de la nappe d’eau qui va être le théâtre de la scène importante, celle de la rencontre entre Emma/Madeleine et Philippe/Karl !

Gros souci de ces derniers jours, l’eau dans ce petit ruisseau.

Cependant, Oliver et Mané reviennent assez confiants, cela devrait aller.

Déjeuner tous les 4 au Café des Arts, puis Montouliers pour récupérer la clé de la salle polyvalente prêtée gracieusement par Gérard Gleizes, maire du village.

Ensuite pause repos et mairie de Puisserguier pour récupérer les autorisations de tournage.

Vers 17 h arrivée d’EMMA DEBROISE et Julien (chef Déco) et réception à l’écomusée, où le matériel « déco » est déchargé.

mémoires de puisserguier

Emma Debroise

mémoires de puisserguier

Julien

Une heure plus tard, arrivée de Mathieu (réalisateur), Philippe (assistant réalisateur) et Alexandre 1 (ingénieur son) avec le camion technique.

Dépôt des bagages chez nous, puis dîner sur la terrasse.

Après quoi une partie est hébergée par Maria et Bernard et une autre campe à la maison.

lundi, 22 août 2016

Maquis Latourette, pour ne pas oublier.

Dernièrement une représentation de notre association « les MémoiRes de PUISSERGUIER » a accompagné Marie Odile Calmette (nièce de Jean Girvés-Capitaine Latourette) et Sergio, son mari, à la rencontre d’une bande d’amis venus essentiellement de Lamalou.

Le lieu de rendez-vous se trouvait non loin de Fraysse sur Agout, dans un magnifique bois dans lequel subsistent les vestiges de la bergerie qui servit de quartier général au Maquis Latourette au « lieu dit le château des les Syères ».

mémoires de puisserguier

Les hôtes, Messieurs Arambal et Joubert et leurs amis, d’une amicale d’anciens combattants, avaient réuni toutes ces personnes pour un rappel de mémoire en inaugurant deux nouvelles stèles apposées devant ce bâtiment emprunt d’histoire.

mémoires de puisserguier

mémoires de puisserguier

Après avoir honoré le souvenir de ces Maquisards avec la Marseillaise et le Chant des Partisans, Marie Odile Calmette a lu une des lettres de son oncle retranscrit dans le cahier « Histoire d’un Maquis, le Maquis Latourette » édité par les MémoiRes :

mémoires de puisserguier

« Mes chers parents. Depuis 2 ou 3 jours nous sommes sur les dents : nous venons de délivrer le ballon d’Alsace. Et c’est ma compagnie, tous mes petits gars de Puisserguier et d’ailleurs qui ont eu l’honneur d’être les premiers régiments à attaquer !

Ils ont débouché sur un tir de 88 bien nourri ; pas un n’a flanché, et il n’y a eu que 2 blessés très légers. Je suis très fier d’eux. Ils ont foncé sans la moindre hésitation. Pour de petits jeunes qui voyaient le feu pour la 1ère fois, c’est très bien.

Vous pourrez dire à tous les parents de tous ceux, du maquis « Latourette », qui sont au 81è R.I. qu’ils ont été épatants. Et même les types de l’armée d’Afrique qui étaient avec nous ont exprimé leur étonnement et leur admiration. Et tout ça pour la compagnie « Latourette » (on ne la connaît que sous ce nom-là).

J’ai une deuxième joie : c’est d’organiser 2 compagnies (dont la mienne) sur les bords du Rhin ! J’ai vu couler le Rhin, je suis passé à 100 m des blockhaus boches, et ça avec mes petits gars derrière. J’étais heureux comme un roi.

A part ça, les boches font preuve d’un manque de combativité absolu. Nous nous sommes baladés à 100 m d’un blockhaus de chez eux (pas très rassurés d’ailleurs) sans qu’ils nous tirent dessus.

Plus d’obus, plus de balles depuis 2 jours. Pourvu que ça dure !

Sur ce, je vous embrasse bien fort.

Jean »

Cette journée émouvante s’est achevée à l’auberge du moulin de Le Soulié autour d’un amical repas.

mémoires de puisserguier