Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 18 avril 2013

Délinquance gratuite….

 Nous avons eu la surprise dimanche matin en allant ouvrir le Centre De Ressources de découvrir nos étiquettes de fléchage, décollées de leur support mural et apposées sur des véhicules en stationnement sur le parking.

 

Nous tenons à préciser aux propriétaires de ces véhicules que nous avons signalé ces nouvelles exactions à la mairie, photos à l’appui, et que nous regrettons le préjudice qu’ils ont subis.

 

mémoires de puisserguier

 

Nous regrettons également que des « imbéciles » s’amusent non seulement à massacrer le travail de bénévoles, mais ne tiennent pas compte des désagréments qu’ils causent à tous.

 

Ces « délinquants » se sont également attaqués aux panneaux indicateurs « officiels » qui se trouvent à l’entrée de la rue de la gaie sortie, en les « pliant » à la force de leurs petits bras musclés…

Nous regrettons qu’ils ne soient pas davantage inspirés et volontaires pour des actions plus civiques et utiles à toute la communauté ….

 

Corinne

lundi, 15 avril 2013

5 ans ! Un vrai bonheur.

 Samedi soir, l’association a fêté ses 5 ans !

 

Encore une fois, ce fut un vrai bonheur de retrouver adhérents et sympathisants autour d’un repas festif et de très bonne qualité à la Table de Roueïre.

 

Le traditionnel apéro « marquisette » toujours très apprécié a inauguré les agapes.

Nous remercions Laurent pour la qualité et l’originalité de ses plats et la finesse de son dessert gourmand, Mélanie et Alexis pour leur service très chaleureux.

 

Nous tenons à remercier tout particulièrement la délégation des « Ch’tis et amis d’Ayalou » très largement et très sympathiquement représentée.

Merci également celles et ceux qui n’ont pas hésité à se déplacer spécialement des communes alentours.

Et merci à tous de nous avoir donné la possibilité de mieux nous connaître et de resserrer des liens amicaux et affectifs qui sont le « carburant » indispensable à notre association.

 

mémoires de puisserguier

 

 

Un grand merci également à notre ami Ernest, pour nous avoir accompagné tout au long de ce repas par ces évocations philosophiques personnelles, malgré la disparition douloureuse de son épouse Fernande, qui pour l’occasion était, heureusement, descendue de son paradis…..

 

mémoires de puisserguier

 

Nous les remercions très, très sincèrement de nous avoir permis d’assister à un mini spectacle drôle et très sympathique, et d’avoir ainsi permis de créer une atmosphère très conviviale.

 

« On se dit rendez-vous dans 1 an ».

Le lendemain, dimanche, se joignant à la fête des fleurs et jardins, organisée par l’A.L.P, nous avons ouvert le Centre de Ressources qui a accueilli plus de quarante visiteurs avides de se replonger dans la vie d’autrefois.

Corinne et le bureau

mardi, 19 mars 2013

Encore une dictée réussie !

Le temps maussade de cet hiver atypique n’a pas empêché une nombreuse délégation du Secours populaire de Cazouls les Béziers de venir, ce samedi après midi, partager la chaleur de notre Centre de Ressources.

 

Durant plus de 2 heures le centre a retrouvé sa fonction d’origine à savoir « l’école d’autrefois », mais a également permis aux plus jeunes d’apprendre à connaître la vie « d’avant » et aux plus anciens de se remémorer de nostalgiques souvenirs.

 

La dictée, l’écriture à la plume sergent major et le calcul mental sur l’ardoise ont connu une fois encore un franc succès. Petits et grands se sont prêtés au jeu avec enthousiasme.

 

A l’heure de la « récré » la cour a retrouvé son âme avec les jeux et les cris des enfants qui ont sauté à la corde, joué à la marelle, où encore à « loup caché ».

Une petite fille exprimant sa joie « voulait changer d'école, tellement c'était bien. »

 

mémoires de puisserguier

 

Les accompagnateurs bénévoles ont été agréablement surpris de l’intérêt porté à cette reconstitution de la vie d’autrefois.

 

Un goûter a été offert, ainsi qu’un petit souvenir de cette visite, aux enfants...

Quant aux adultes, ils ont promis de revenir avec d'autres personnes.

 

A noter que le secours populaire compte sur vos dons et exprime un besoin urgent de linges ou objets qui permettront d’aider ceux qui sont dans le besoin.

 

Coordonnées :

Secours populaire - Boulevard Pasteur - 34370 Cazouls-les-Béziers -

Tél : 06.72.31.19.55

 

dimanche, 17 mars 2013

De bien belles histoires d’eaux.

 C’est très volontiers que nous avons répondu à l’invitation de nos amies du Cep biterrois à nous rendre à la salle des associations mardi dernier, 12 mars.

 

L’astucieux prétexte de cette sympathique réunion était de venir écouter des « histoires d’eaux » racontées avec beaucoup de talent par Mme Chantal Caillard-Pech de Laclause, conférencière d’art (diplômée de l’école du Louvres).

 

Des diapositives de reproductions de toiles célèbres, peintes par des artistes internationaux réputés (Renoir, Manet, Monet...), enrichissaient les propos révélant : là, une rivière, ici la mer, ou bien la rosée, ou encore des larmes, en bref, l’eau !

L’assistance ravie, captivée par cette belle balade n’a pas vu s’écouler l’heure et demi affichée par l’horloge.

C’est preuve du grand intérêt éprouvé pour cette enrichissante présentation d’œuvres d’art.

 

Puis, de délicieuses oreillettes composaient le goûter qui a été partagé par la trentaine de convives.

 

mémoires de puisserguier

 

Avant de nous quitter un groupe de participantes a désiré visiter le centre de ressources.

C’est avec plaisir que nous leur avons ouvert les portes.

 

Ci-dessous les quelques mots inscrits, sur notre livre d’or, par Mme Caillard-Pech de Laclause  que nous remercions, nous aussi, pour son extrême gentillesse.

« Ici nous trouvons de merveilleux objets comme des gens extraordinaires qui ont une âme »

mardi, 12 mars 2013

Explications et réponses aux questions posées !

L’Assemblée Générale du samedi 16 février, ainsi que les documents produits (Compte rendus, bilans, rapport) ont soulevé beaucoup de questions de la part de nos adhérents et de certaines autres personnes.

Nous avons essayé d’y répondre le plus partialement possible dans les documents ci-dessous.

 

Rapport financier Concernant certains points du rapport financier.pdf

 

Mise à disposition de la salle 3 Concernant la mise à disposition de la salle 3.pdf

 

mémoires de puisserguier

Convention Centre de Ressources.jpg

Centre de ressources Concernant le Centre de Ressources.pdf 

 

Travaux CdR prévus en 2013 Concernant les travaux CDR prévus en 2013.pdf

Ces commentaires sont des réponses, que j’espère précises, aux questions posées par certains d’entre vous. Toutefois, nous sommes à votre disposition si vous avez besoin de compléments d’information.

 

N’hésitez pas !

 

 Corinne

mardi, 05 mars 2013

Une assemblée générale des MémoiRes contrastée

Samedi 16 février s’est tenue  notre Assemblée Générale Ordinaire 2012.

Venus pour la plupart de loin, Agde, Montady, St Chinian..., nos adhérents sont venus occuper la salle des associations qui est apparue bien exigüe pour accueillir tant de monde.

 

mémoires de puisserguier

 

Corinne, notre Présidente, a présenté un diaporama détaillé sur les activités de l’année écoulée, le bilan des finances et les projets pour l’année 2013, notamment ceux concernant le centre de Ressources dont on ne peut que rappeler la totale réussite et le rayonnement  avec plus de 1450 visites depuis son ouverture le 14 septembre dernier.

Dans le rapport d’activités vous avez été informés du bien dommageable refus de la municipalité sur la mise a disposition de l’ultime « salle 3 » prévue dans le projet global, remettant ainsi en question la réalisation de la dernière tranche, et de certains nombreux projets envisagés sur 2013 qui devront être abandonnés.

 M. le Maire présent, a pu s’expliquer, en direct sur cet état de fait, mais également sur le montant de la subvention allouée à l’association par la municipalité, suite à une question posée dans l’assistance.

 

Consulter le compte rendu de l’Assemblée Générale : Compte rendu Assemblée Générale du 16 février 2013.pdf

 

L’appel à bonnes volontés (pour contribuer et soutenir, entre autres tâches, l’expansion du Centre de Ressources) a été entendu, et une prochaine réunion sera organisée pour rencontrer les futurs volontaires.

La séance s’est terminée par la dégustation de la galette des rois (4 des royaumes étaient offert par Bruno Conca que nous remercions).

Rapport moral :Rapport moral 2012.pdf

Rapport financier : bilan au 31 décembre 2012.pdf

 

Rappel :

Répondant avec plaisir à la sympathique proposition de Mme Monique Colombié, adjointe au Maire, Les MémoiRes de PUISSERGUIER invitent les « Nouveaux Arrivants » ce  samedi 23 février, à 18 heures, à visiter Le Centre de Ressources Rue Gutenberg (Angle Crédit Agricole), rue gaie sortie

A l'issue de la visite un apéritif vous sera offert.  

vendredi, 15 février 2013

Bûgnes lyonnaises à la Vitrine !!!

Vendredi 15 à la vitrine, sur le marché,...

puis samedi 16 février (salle des associations) à l’issue de l’Assemblée Générale, les « Gones » de l’association vous proposent les bugnes lyonnaises.

Bûgnes.jpg

 

Vente au profit des travaux du Centre de Ressources.

 

@ Dommage que je sois si loin !

Je les dévore des yeux.

Bon succès pour l'AG et la vente des bugnes lyonnaises.

Amitiés à toute l'équipe des mémoires.

Sylvie

 

jeudi, 31 janvier 2013

Appel de sang neuf...

 Nous souhaitons élargir le cercle des bénévoles « sérieux » au sein du groupe. 

 

Notre association souhaite en effet intégrer, au sein du groupe, d’avantage de bonnes volontés, non seulement pour les travaux, mais également pour la représentation de l’association à l’extérieur, le travail administratif, l’apport d’idées neuves, la communication, l’administration du centre de ressources (permanences, mise en place manifestations, concrétisation projets,…).

 

C’est donc un appel qui est lancé à des personnes désireuses de s’investir et de participer activement. Une arrivée de sang neuf, d’autochtones ou « d’étrangers » permettrait de renouveler et d’améliorer la gestion de notre association.

Il n’est pas demandé une présence permanente ou un engagement strict, mais un intérêt avéré pour la vie au sein et autour de l’association.

Une implication saine est souhaitable, sans recherche de contrepartie, ou d’intérêt personnel.

 

Le centre de ressources est un projet pour lequel nous nous sommes battus, pour lequel nous nous battons aujourd’hui et nous nous battrons encore…

Tout ce qui peut être réalisé grâce à ce projet est infini. Des manifestations originales, culturelles, ludiques, insolites sont en attente d’être développées.

Idées et courage ne manquent pas, vos contributions feront le reste.

 

Pour cela, un soutien solide est nécessaire.

 

2012 5 déc 012.jpg

 

Avec de nouveaux dons (bureau et chaise d’atelier) le Centre de Ressources a enregistré plus de 1450 entrées ! 

 

Alors si vous avez envie de remuer un peu ce village,

rejoignez l’association des MémoiRes,

vous y serez accueillis avec plaisir.

 

Corinne 

mercredi, 23 janvier 2013

Une nouvelle année s'annonce !

Bonjour,

 

Une nouvelle année se profile, la 7èmeet avec elle les reconductions de contrats…

 

Nous espérons que vous reconduirez celui que vous avez « signé » avec les MémoiRes !

 

Contrat de soutien, de partenariat, d’investissement, d’échange, de partage, mais surtout d’amitié !

 

2013 sera une nouvelle année de travaux dans le Centre de Ressources, certes moins importants que ceux de 2012, mais tout aussi passionnants.

 

mémoires de puisserguier

Calendrier en vente (3 €) à la vitrine, au centre de ressoures ou auprès des membres du bureau

 La municipalité fournira les matériaux pour la rénovation du toit de la véranda, mais nous devrons assurer la main d’œuvre !

L’électricité extérieure sera effectuée par un professionnel, et quelques travaux, comme la pente accès handicapé (salle 1), le bouchage de l’égout dans le jardin, la mise en place d’une rampe salle 1, et d’une barrière à l’entrée du CDR, devraient être effectués par les employés municipaux.

 

mémoires de puisserguier

   

A cela, nous devrons ajouter la mise en place de l’auvent prévu sur le mur extérieur contigu aux toilettes pour l’exposition de nouveaux objets (matériel et main d'œuvre fournis par l'association).

 

En ce qui concerne les intérieurs, rien de prévu, puisque la salle 3 ne nous est plus affectée !

Cela nous oblige malheureusement à revoir toute l’organisation de nos manifestations 2013 ! Et nous relègue au rang de « musée » statique en raison du manque de place à disposition pour les projets envisagés !

 

Nous vous informerons plus précisément et très clairement de tout cela lors de l’assemblée générale prévue le samedi 16 février 2013.

Je précise qu’il n’y a pas de match des 6 nations ce jour là... Nous avons consulté le calendrier !

 

Vous pouvez d’ores et déjà, pour celles et ceux qui le désirent, vous acquitter de votre cotisation 2013 : toujours 5 € par personne ou (et) faire une donation. 

Ci-dessous (à imprimer et à nous retourner): 

Bulletin adhésion 2013.pdf

Appel à DONS.pdf

 

Nous comptons sur vous afin que notre association que vous avez tous tant soutenue depuis sa création, conserve la foi associative que beaucoup trop d’évènements mettent à mal.

 

Merci.

A bientôt.

Corinne

 

PS : le Centre de Ressources sera ouvert : 

dimanche 27 janvier de 10 h à 17 h non stop, selon nos engagements et en raison de la fête d’hiver.

 

N’hésitez pas à diffuser l’info et à nous amener vos familles et amis.

 

A ce jour 1406 visiteurs ont été accueillis !

 

samedi, 19 janvier 2013

Centre de Ressources enneigé !

La neige n'a cessé de tomber sur Puisserguier jusqu'à tard dans la soirée.

Neige.jpg

jeudi, 10 janvier 2013

Le bazar Compan

Revisité avec Carmen Coll

 

"Ma marraine Madeleine Compan, avait le plus grand bazar du village, situé rue de Belfort, près de la promenade, il communiquait avec la rue de la Bastille (derrière le Café des Arts

 

Bazar Compans 1.jpg

 Sur la photo de gauche, on entrevoit les rideaux de fer qui étaient montés et baissés le soir, ainsi que la vitrine à côté où ma marraine avait sa cuisine à côté du magasin, ce qui lui permettait de venir rapidement.

Ce magasin était à l’avant-garde. Il était agencé dans le style des grandes surfaces avec allées très longues et passages transversaux ce qui permettait de se déplacer facilement et de voir les marchandises situées dans de grands meubles en bois massif, avec placards très grands au bas et étagères.

 

On y trouvait de tout : bimbeloterie, maroquinerie, mercerie, droguerie, bijoux, perles pour collier, bracelets, jouets pour filles et garçons, bébés (hochets, petits moulins musicaux et à vent) toutes qualités de laines à tricoter, avec plusieurs marques, en priorité la laine Phildar, des magazines de mode, des romans. Le tout était rangé de façon indépendante. Il y avait même un peu d’armurerie (fusils à plombs pour garçons), des friandises : bonbons, caramels, guimauves, noix de coco, surprises que les enfants ouvraient rapidement soucieux de découvrir ce qu’il y avait à l’intérieur.

 

Je me souviens que le dimanche lors des entr’actes du cinéma, les adolescents venaient en bande acheter les bonbons qui se trouvaient dans des meubles vitrés très grands et chacun désignait du doigt ce qu’il désirait. J’étais chargée de surveiller.

 

Je revois la balance Roberval avec ses plateaux en cuivre qui servait à peser les bonbons au détail et je sens encore leur odeur : anis, réglisse, menthe.

 A la Noël, période importante pour les enfants, le magasin prenait un air de fête, avec ses guirlandes et ses boules. Lorsque les parents venaient acheter les cadeaux, je secondai ma marraine pour surveiller. Les papas jouaient quelquefois avec les toupies et les trains électriques et ensuite oubliaient souvent de remettre la clef en place.

 

Les fêtes du village étaient aussi une période importante. Les photographes ambulants qui venaient sur la promenade, exposaient leurs photos dans une des vitrines. S’en suivait le défilé des badauds avec leurs réflexions quelquefois amusantes.

 La communion solennelle donnait lieu à la vente des missels, chapelets, pochettes, brassards pour les communiants. Je revois les jeunes communiants et communiantes entrer timidement avec les mamans pour choisir.

 Outre la Noël, Pâques était aussi une période très marquante avec la vente au détail d’œufs en chocolat. Quelquefois un gros œuf était loté et j’étais chargée de faire les tableaux numérotés ainsi que les papiers. Un enfant était par la suite chargé de tirer le bon numéro.

 

La fête des mères et des pères voyait arriver aussi les enfants avec leurs économies et quelques uns amenaient leur tirelire.

Où est-ce temps actuellement à l’époque des ordinateurs.

On choisissait avec beaucoup de soin et d’amour le cadeau pour maman ou papa. Ma marraine avait à cœur de faire de beaux paquets cadeaux avec de jolis rubans. Quel bonheur et quelle joie sur le visage des enfants et que de beaux souvenirs."

 

Carmen Coll.

 

Bazar Compans 2.jpg

 Dans la vitrine de droite il y avait une grande poupée en porcelaine, très haute et articulée au niveau des bras et des genoux. Cette poupée est toujours restée dans la vitrine, quelquefois assise sur une petite chaise.

Ma marraine l’habillait et changeait souvent les vêtements, suivant la saison. Elle lui mettait de belles robes en dentelles, changeait sa coiffure avec des perruques différentes, des petites chaussures vernies noires, avec socquettes blanches. Elle était maquillée (pommettes, rouge à lèvres, yeux articulés avec de beaux cils) Elle attirait beaucoup d’enfants ainsi que des mamans qui regardaient la façon dont elle était habillée avec goût, selon une idée très originale de ma marraine. A l’époque tout cela était très remarqué, je pense que cela le serait moins actuellement.

 

On voit aussi dans la vitrine de droite, des gaines suspendues, des foulards au bas de la vitrine, des parfums et sur le côté des cartes postales de l’époque.

 

Dans la vitrine de gauche balance de ménage pour fillettes, hochets suspendus sur l’étagère du haut, statuettes en bas (petit chien, cheval) miroirs au milieu.

 

Les vitrines étaient toujours bien achalandées et renouvelées en permanence, c’est pourquoi elles attiraient beaucoup de monde. (…)

 

Ah ! ces odeurs de cuir

 

J’ai toujours le souvenir des bruits, des va et vient dans le magasin des clientes bavardes, des représentants de commerce qui venaient assez souvent, des odeurs, des clientes qui prenaient la laine dans la rue pour bien voir les couleurs non déformées par la lumière, des aiguilles à coudre numérotées, de l’extra-fort mesuré sur une règle en bois, des boules pour teindre les tissus en droguerie.

 

 

dimanche, 06 janvier 2013

Meilleurs Voeux !

Nous comptons sur vous pour que cette nouvelle Année 2013 soit toujours aussi faste pour les méMoires.

Voeux 2013.jpg

Votre enthousiasme nous ravit et nous tient chaud au cœur.

Cela nous pousse à continuer de plus belle cette aventure commune.

Vous avez été "5032" à visiter ce blog en décembre.

Comment vous exprimez notre gratitude.

Midi libre 2 janvier : http://www.midilibre.fr/2013/01/02/puisserguier-2012-anne...

 

mardi, 18 décembre 2012

Antoine, alias « Frimaire ».

Antoine Chappert 1.jpgAntoine CHAPPERT,

est né le 4 septembre 1895 à Puisserguier et décédé en janvier 1976

Il se marie le 9 février 1921 avec Alice Soum, de Puisserguier et a deux enfants: Thérèse née en 1922 et André né en 1925

Il fait la guerre de 1914 dans le "Génie", ce qui cassera son rêve d'entrer à l'Ecole Navale.

Il se tournera alors vers l'Enregistrement, les Domaines et le Timbre où il travaillera dans le Vaucluse, l'Aveyron et la Charente quelques années.

 

Il sera nommé ensuite dans la Haute Loire (Monistrol s/Loire) où il restera 20 ans (les mutations ayant cessé à cause de la guerre de 40)

Il finira sa carrière à Nîmes où il passera sa retraite.

 

Antoine Chappert 2.jpgPassionné de chasse, de pêche et de pétanque, il a écrit de nombreux articles dans le « chasseur français » sous le pseudo de « Frimaire » de 1941 à 1952, dont certains ont été repris dans 2 ouvrages :

 

- « En chassant à travers champs, bois et marais » en 1943, et

- « Chasses et chasseurs » en 1950.

 

"Chasses et chasseurs" est un recueil de souvenirs et d’histoires de chasse au petit gibier et au gibier à plumes, une de ses grandes passions, dans le midi de la France, et en particulier dans la région de Béziers. (Illustré de croquis de Joseph Oberthür).

 

Sources photos : Cécile Roiron Dubu (petite fille d’Antoine Chappert)

 

Chasse et chasseurs.jpg

 

Ses 2 sœurs Rose Marie (1892-1942) et Henriette Chappert ont, soit consigné leurs souvenirs, soit écrit des contes et poèmes.

Elles ont, par ailleurs, conservé quelques écrits d’habitants de Puisserguier.

 

Les Mémoires d’Henriette s’intitulent :

 

 - Maréchal Pétain

- Première opérée en France de l’appendicite à Puisserguier

- Les trois portes de Puisserguier

- Puisserguier, ville miraculée

- L’ermite de Saint Christophe

- Pomaredes le voleur

 

Nous diffuserons (avec l’autorisation de la famille) certains de ces récits soit sur le blog, soit dans un cahier spécial.

 

Vous trouverez ci-après quelques lignes des « Notes bitéroises » tirées du Chasseur Français N°603, de novembre 1941 (page 518), qui parlent de notre village.

 

 Si, d’aventure, les hasards de la route vous amènent quelque jour en pays biterrois, ne manquez pas de vous arrêter quelques heures dans la capitale de cette région bénie des dieux, où coulent, telles trois sources intarissables, le vin, la richesse et la bonne humeur.

….. Puis, quittant la ville par la nationale qui file vers Toulouse, vous vous retrouverez au milieu de la verdoyante immensité des vignes où, chaque année, des millions de ceps, naît l’énorme quantité de ce breuvage couleur de rubis et vieux comme le monde, au cœur duquel il met la joie.

… et continuez votre route.

….Après quelques minutes, vous traverserez M ..., village vinicole comme ils le sont tous, là-bas ; quelques kilomètres encore, et déjà vous trouverez que le paysage change un peu puisque l’horizon se relève d’une ligne bleue plus précise : le commencement des Cévennes, ou, du moins, de leurs premiers contreforts.

 

Alors, vous voici à P ...

Là, commence la transition entre la grande plaine verte et la garrigue caillouteuse, prélude à la montagne. mémoires de puisserguierPour si peu que le « cers » souffle un peu, il vous apportera la prenante senteur des thyms et des lavandes qui poussent aux flancs des coteaux à terre rouge. C’est là que je vous conseille surtout de vous arrêter un instant.

S’il fait chaud, entrez donc à « La Bourse » ou « Aux Arts », ou dans quelque autre de ces cafés qui sont sur votre passage.

Vous y trouverez toujours, avec de la bière fraîche, quelqu’un prêt à combler votre curiosité. Il y a toujours là quelques flâneurs, et, n’en doutez pas, ils sont tous ou ont tous été chasseurs. Vous y glanerez de belles histoires, car il y a eu des types de chasseurs célèbres dans le pays. Célèbres, les uns par leurs exploits, d’autres par leurs manies, d’autres, enfin, par leur originalité.

 

Demandez donc, tenez, si vous avez affaire à quelque ancien, que l’on vous parle un peu de G ... Souffrez que je ne précise pas davantage son identité, soyons discret, bien que le pauvre homme ne soit plus de ce monde depuis déjà de longues années et qu’il n’ait plus, que je sache, de parents dans la localité. Je vous dirai seulement qu’il avait tiré un surnom d’une invention imaginaire, je crois, dont il parlait avec amour en disant que le travail se faisait tout seul « sans pomper ». C’était un gros bonhomme à la mine enluminée, à la moustache blanche, toujours soufflant : c’est ainsi que je l’ai toujours vu, d’ailleurs, ne l’ayant connu que dans ma jeunesse, alors qu’il était, déjà, sur ses vieilles années. Chasseur, mais braconnier aussi, et qui avait eu, bien des fois, les gendarmes à ses trousses 

….Mais il y avait toujours quelque farceur pour lui faire des niches. Tel ce chasseur qui, un jour, battant la garrigue et ayant entendu rappeler les perdreaux, s’approcha avec mille précautions et se trouva, tout à coup, en face de la cage de G ..., au lieu de la compagnie convoitée ! Alors, repérant le buisson où l’autre devait être blotti, il s’éloigna, fit le tour sans être vu et, venant par derrière, lui jeta avec brusquerie et d’une terrible voix de gendarme ces mots redoutables : « Cette fois, vous voilà pris ! » Ah ! quelle scène, mes amis !

 

Tremblant de tous ses membres, ne pouvant articuler une parole, la pauvre G ... faillit tomber à la renverse de saisissement. Il lui fallut cinq bonnes minutes pour reprendre ses esprits, pendant lesquelles l’autre se repentait presque de sa farce. Un coup à en attraper une belle jaunisse ! ...

 

 Une autre fois, par une belle journée de novembre, il avait emmené avec lui, pour la chanterelle, un chasseur de ses amis.

….. Le cheval fut attaché à un olivier ; G ... plaça la cage sur un tas de cailloux, à proximité d’une touffe de chênes verts où il se blottit, tandis que l’ami allait battre les environs pour pousser les perdreaux vers la chanterelle. Des perdreaux, il y en avait, bien sûr, et plus qu’à présent il y en avait d’autant plus que le rabatteur fit un savant crochet dans une grande propriété dont le maître faisait garder la chasse et, les prenant à revers, poussait, l’une après l’autre, les compagnies hors des limites vers le poste de G ...

Et il en partait ! De temps en temps, notre homme s’arrêtait. Il entendait alors, dans le grand silence parfumé de la garrigue, le rappel du perdreau prisonnier, auquel les autres répondaient. Mais pas un coup de feu, rien. Enfin, au bout de deux heures de marche, il se rapprocha pour se rendre compte de ce qui se passait Et, quand il arriva au poste d’affût, une espèce de grognement sortit de la touffe : G ... s’était simplement endormi et ronflait comme à minuit ! Mais l’ami fut guéri, et pour longtemps, de la chanterelle. ..

 

Il y avait aussi ...

 

Mais je m’aperçois que temps et papier me sont limités.

Alors, si vous le voulez bien, ce sera pour la prochaine fois.

Frimaire.

 

 

 

Cécile,

sa petite fille, nous a transmis certains écrits de son grand père qui n’ont pas été publiés.

Ci-après un poème sur Puisserguier poème frimaire.pdf