Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 10 janvier 2013

Le bazar Compan

Revisité avec Carmen Coll

 

"Ma marraine Madeleine Compan, avait le plus grand bazar du village, situé rue de Belfort, près de la promenade, il communiquait avec la rue de la Bastille (derrière le Café des Arts

 

Bazar Compans 1.jpg

 Sur la photo de gauche, on entrevoit les rideaux de fer qui étaient montés et baissés le soir, ainsi que la vitrine à côté où ma marraine avait sa cuisine à côté du magasin, ce qui lui permettait de venir rapidement.

Ce magasin était à l’avant-garde. Il était agencé dans le style des grandes surfaces avec allées très longues et passages transversaux ce qui permettait de se déplacer facilement et de voir les marchandises situées dans de grands meubles en bois massif, avec placards très grands au bas et étagères.

 

On y trouvait de tout : bimbeloterie, maroquinerie, mercerie, droguerie, bijoux, perles pour collier, bracelets, jouets pour filles et garçons, bébés (hochets, petits moulins musicaux et à vent) toutes qualités de laines à tricoter, avec plusieurs marques, en priorité la laine Phildar, des magazines de mode, des romans. Le tout était rangé de façon indépendante. Il y avait même un peu d’armurerie (fusils à plombs pour garçons), des friandises : bonbons, caramels, guimauves, noix de coco, surprises que les enfants ouvraient rapidement soucieux de découvrir ce qu’il y avait à l’intérieur.

 

Je me souviens que le dimanche lors des entr’actes du cinéma, les adolescents venaient en bande acheter les bonbons qui se trouvaient dans des meubles vitrés très grands et chacun désignait du doigt ce qu’il désirait. J’étais chargée de surveiller.

 

Je revois la balance Roberval avec ses plateaux en cuivre qui servait à peser les bonbons au détail et je sens encore leur odeur : anis, réglisse, menthe.

 A la Noël, période importante pour les enfants, le magasin prenait un air de fête, avec ses guirlandes et ses boules. Lorsque les parents venaient acheter les cadeaux, je secondai ma marraine pour surveiller. Les papas jouaient quelquefois avec les toupies et les trains électriques et ensuite oubliaient souvent de remettre la clef en place.

 

Les fêtes du village étaient aussi une période importante. Les photographes ambulants qui venaient sur la promenade, exposaient leurs photos dans une des vitrines. S’en suivait le défilé des badauds avec leurs réflexions quelquefois amusantes.

 La communion solennelle donnait lieu à la vente des missels, chapelets, pochettes, brassards pour les communiants. Je revois les jeunes communiants et communiantes entrer timidement avec les mamans pour choisir.

 Outre la Noël, Pâques était aussi une période très marquante avec la vente au détail d’œufs en chocolat. Quelquefois un gros œuf était loté et j’étais chargée de faire les tableaux numérotés ainsi que les papiers. Un enfant était par la suite chargé de tirer le bon numéro.

 

La fête des mères et des pères voyait arriver aussi les enfants avec leurs économies et quelques uns amenaient leur tirelire.

Où est-ce temps actuellement à l’époque des ordinateurs.

On choisissait avec beaucoup de soin et d’amour le cadeau pour maman ou papa. Ma marraine avait à cœur de faire de beaux paquets cadeaux avec de jolis rubans. Quel bonheur et quelle joie sur le visage des enfants et que de beaux souvenirs."

 

Carmen Coll.

 

Bazar Compans 2.jpg

 Dans la vitrine de droite il y avait une grande poupée en porcelaine, très haute et articulée au niveau des bras et des genoux. Cette poupée est toujours restée dans la vitrine, quelquefois assise sur une petite chaise.

Ma marraine l’habillait et changeait souvent les vêtements, suivant la saison. Elle lui mettait de belles robes en dentelles, changeait sa coiffure avec des perruques différentes, des petites chaussures vernies noires, avec socquettes blanches. Elle était maquillée (pommettes, rouge à lèvres, yeux articulés avec de beaux cils) Elle attirait beaucoup d’enfants ainsi que des mamans qui regardaient la façon dont elle était habillée avec goût, selon une idée très originale de ma marraine. A l’époque tout cela était très remarqué, je pense que cela le serait moins actuellement.

 

On voit aussi dans la vitrine de droite, des gaines suspendues, des foulards au bas de la vitrine, des parfums et sur le côté des cartes postales de l’époque.

 

Dans la vitrine de gauche balance de ménage pour fillettes, hochets suspendus sur l’étagère du haut, statuettes en bas (petit chien, cheval) miroirs au milieu.

 

Les vitrines étaient toujours bien achalandées et renouvelées en permanence, c’est pourquoi elles attiraient beaucoup de monde. (…)

 

Ah ! ces odeurs de cuir

 

J’ai toujours le souvenir des bruits, des va et vient dans le magasin des clientes bavardes, des représentants de commerce qui venaient assez souvent, des odeurs, des clientes qui prenaient la laine dans la rue pour bien voir les couleurs non déformées par la lumière, des aiguilles à coudre numérotées, de l’extra-fort mesuré sur une règle en bois, des boules pour teindre les tissus en droguerie.

 

 

dimanche, 06 janvier 2013

Meilleurs Voeux !

Nous comptons sur vous pour que cette nouvelle Année 2013 soit toujours aussi faste pour les méMoires.

Voeux 2013.jpg

Votre enthousiasme nous ravit et nous tient chaud au cœur.

Cela nous pousse à continuer de plus belle cette aventure commune.

Vous avez été "5032" à visiter ce blog en décembre.

Comment vous exprimez notre gratitude.

Midi libre 2 janvier : http://www.midilibre.fr/2013/01/02/puisserguier-2012-anne...

 

mardi, 18 décembre 2012

Antoine, alias « Frimaire ».

Antoine Chappert 1.jpgAntoine CHAPPERT,

est né le 4 septembre 1895 à Puisserguier et décédé en janvier 1976

Il se marie le 9 février 1921 avec Alice Soum, de Puisserguier et a deux enfants: Thérèse née en 1922 et André né en 1925

Il fait la guerre de 1914 dans le "Génie", ce qui cassera son rêve d'entrer à l'Ecole Navale.

Il se tournera alors vers l'Enregistrement, les Domaines et le Timbre où il travaillera dans le Vaucluse, l'Aveyron et la Charente quelques années.

 

Il sera nommé ensuite dans la Haute Loire (Monistrol s/Loire) où il restera 20 ans (les mutations ayant cessé à cause de la guerre de 40)

Il finira sa carrière à Nîmes où il passera sa retraite.

 

Antoine Chappert 2.jpgPassionné de chasse, de pêche et de pétanque, il a écrit de nombreux articles dans le « chasseur français » sous le pseudo de « Frimaire » de 1941 à 1952, dont certains ont été repris dans 2 ouvrages :

 

- « En chassant à travers champs, bois et marais » en 1943, et

- « Chasses et chasseurs » en 1950.

 

"Chasses et chasseurs" est un recueil de souvenirs et d’histoires de chasse au petit gibier et au gibier à plumes, une de ses grandes passions, dans le midi de la France, et en particulier dans la région de Béziers. (Illustré de croquis de Joseph Oberthür).

 

Sources photos : Cécile Roiron Dubu (petite fille d’Antoine Chappert)

 

Chasse et chasseurs.jpg

 

Ses 2 sœurs Rose Marie (1892-1942) et Henriette Chappert ont, soit consigné leurs souvenirs, soit écrit des contes et poèmes.

Elles ont, par ailleurs, conservé quelques écrits d’habitants de Puisserguier.

 

Les Mémoires d’Henriette s’intitulent :

 

 - Maréchal Pétain

- Première opérée en France de l’appendicite à Puisserguier

- Les trois portes de Puisserguier

- Puisserguier, ville miraculée

- L’ermite de Saint Christophe

- Pomaredes le voleur

 

Nous diffuserons (avec l’autorisation de la famille) certains de ces récits soit sur le blog, soit dans un cahier spécial.

 

Vous trouverez ci-après quelques lignes des « Notes bitéroises » tirées du Chasseur Français N°603, de novembre 1941 (page 518), qui parlent de notre village.

 

 Si, d’aventure, les hasards de la route vous amènent quelque jour en pays biterrois, ne manquez pas de vous arrêter quelques heures dans la capitale de cette région bénie des dieux, où coulent, telles trois sources intarissables, le vin, la richesse et la bonne humeur.

….. Puis, quittant la ville par la nationale qui file vers Toulouse, vous vous retrouverez au milieu de la verdoyante immensité des vignes où, chaque année, des millions de ceps, naît l’énorme quantité de ce breuvage couleur de rubis et vieux comme le monde, au cœur duquel il met la joie.

… et continuez votre route.

….Après quelques minutes, vous traverserez M ..., village vinicole comme ils le sont tous, là-bas ; quelques kilomètres encore, et déjà vous trouverez que le paysage change un peu puisque l’horizon se relève d’une ligne bleue plus précise : le commencement des Cévennes, ou, du moins, de leurs premiers contreforts.

 

Alors, vous voici à P ...

Là, commence la transition entre la grande plaine verte et la garrigue caillouteuse, prélude à la montagne. mémoires de puisserguierPour si peu que le « cers » souffle un peu, il vous apportera la prenante senteur des thyms et des lavandes qui poussent aux flancs des coteaux à terre rouge. C’est là que je vous conseille surtout de vous arrêter un instant.

S’il fait chaud, entrez donc à « La Bourse » ou « Aux Arts », ou dans quelque autre de ces cafés qui sont sur votre passage.

Vous y trouverez toujours, avec de la bière fraîche, quelqu’un prêt à combler votre curiosité. Il y a toujours là quelques flâneurs, et, n’en doutez pas, ils sont tous ou ont tous été chasseurs. Vous y glanerez de belles histoires, car il y a eu des types de chasseurs célèbres dans le pays. Célèbres, les uns par leurs exploits, d’autres par leurs manies, d’autres, enfin, par leur originalité.

 

Demandez donc, tenez, si vous avez affaire à quelque ancien, que l’on vous parle un peu de G ... Souffrez que je ne précise pas davantage son identité, soyons discret, bien que le pauvre homme ne soit plus de ce monde depuis déjà de longues années et qu’il n’ait plus, que je sache, de parents dans la localité. Je vous dirai seulement qu’il avait tiré un surnom d’une invention imaginaire, je crois, dont il parlait avec amour en disant que le travail se faisait tout seul « sans pomper ». C’était un gros bonhomme à la mine enluminée, à la moustache blanche, toujours soufflant : c’est ainsi que je l’ai toujours vu, d’ailleurs, ne l’ayant connu que dans ma jeunesse, alors qu’il était, déjà, sur ses vieilles années. Chasseur, mais braconnier aussi, et qui avait eu, bien des fois, les gendarmes à ses trousses 

….Mais il y avait toujours quelque farceur pour lui faire des niches. Tel ce chasseur qui, un jour, battant la garrigue et ayant entendu rappeler les perdreaux, s’approcha avec mille précautions et se trouva, tout à coup, en face de la cage de G ..., au lieu de la compagnie convoitée ! Alors, repérant le buisson où l’autre devait être blotti, il s’éloigna, fit le tour sans être vu et, venant par derrière, lui jeta avec brusquerie et d’une terrible voix de gendarme ces mots redoutables : « Cette fois, vous voilà pris ! » Ah ! quelle scène, mes amis !

 

Tremblant de tous ses membres, ne pouvant articuler une parole, la pauvre G ... faillit tomber à la renverse de saisissement. Il lui fallut cinq bonnes minutes pour reprendre ses esprits, pendant lesquelles l’autre se repentait presque de sa farce. Un coup à en attraper une belle jaunisse ! ...

 

 Une autre fois, par une belle journée de novembre, il avait emmené avec lui, pour la chanterelle, un chasseur de ses amis.

….. Le cheval fut attaché à un olivier ; G ... plaça la cage sur un tas de cailloux, à proximité d’une touffe de chênes verts où il se blottit, tandis que l’ami allait battre les environs pour pousser les perdreaux vers la chanterelle. Des perdreaux, il y en avait, bien sûr, et plus qu’à présent il y en avait d’autant plus que le rabatteur fit un savant crochet dans une grande propriété dont le maître faisait garder la chasse et, les prenant à revers, poussait, l’une après l’autre, les compagnies hors des limites vers le poste de G ...

Et il en partait ! De temps en temps, notre homme s’arrêtait. Il entendait alors, dans le grand silence parfumé de la garrigue, le rappel du perdreau prisonnier, auquel les autres répondaient. Mais pas un coup de feu, rien. Enfin, au bout de deux heures de marche, il se rapprocha pour se rendre compte de ce qui se passait Et, quand il arriva au poste d’affût, une espèce de grognement sortit de la touffe : G ... s’était simplement endormi et ronflait comme à minuit ! Mais l’ami fut guéri, et pour longtemps, de la chanterelle. ..

 

Il y avait aussi ...

 

Mais je m’aperçois que temps et papier me sont limités.

Alors, si vous le voulez bien, ce sera pour la prochaine fois.

Frimaire.

 

 

 

Cécile,

sa petite fille, nous a transmis certains écrits de son grand père qui n’ont pas été publiés.

Ci-après un poème sur Puisserguier poème frimaire.pdf 

lundi, 17 décembre 2012

Cinéma muet !

Moment d’émotion !

 

Un de nos adhérents a trouvé la possibilité de consulter, en ligne sur le site du CIRDOC, des films tournés à Puisserguier dans les années 1950 par Michel Cans, journaliste et réalisateur Biterrois.

 

Les supports d'origine, transférés sur VHS, ont été cédés par le réalisateur au CIDO entre 1989 et 1991. Le CIDO en a fait don au CIRDOC en 2000.

Ces films ont été numérisés par le CIRDOC entre 2010 et 2011.

 mémoires de puisserguier

En cliquant sur les liens suivants, vous pourrez visionner 3 petits films muets, riches en émotion et en souvenirs, concernant notre village et ses habitants au siècle dernier.

 

http://occitanica.eu/omeka/items/browse/tag/Puisserguier

 

http://occitanica.eu/omeka/items/show/564

http://occitanica.eu/omeka/items/show/565

http://occitanica.eu/omeka/items/show/566

 

Si vous souhaitez obtenir une copie DVD de ces films, vous devez vous rendre au CIRDOC et vous acquitter des frais de traitement et de reproduction.

Détail des tarifs :

http://www.locirdoc.fr/E_locirdoc/index.php?option=com_content&view=article&id=282&Itemid=66&lang=fr

 

Préparez vos mouchoirs !

 

Corinne

 

samedi, 08 décembre 2012

Un après midi chaleureux.

 Au cours de l’après midi de ce samedi 24 novembre 2012 où ce sont retrouvés les « fidèles des MémoiRes », la diffusion du diaporama détaillé comportant tous les éléments relatifs aux JEP, mois du patrimoine et vie du CDR depuis son ouverture, a été très appréciée par l’auditoire.

 

mémoires de puisserguier

 

Visionnez le diaporama : Rétro JEP 2012 et bilan CDR.pdf 

 

Chiffres, graphiques et inventaire des objets ont permis de se rendre compte des investissements engagés ainsi que de la diversité des postes.

 

Un rapide prévisionnel des activités et thèmes 2013 a été présenté, mais sera finalisé avant l’AG prévue en février 2013.

 

Les ouvertures du CDR et de la vitrine ont été précisées :

CDR : les lundis (15/17h30), vendredis (10/12h) et les jours (dimanches ou semaine) de manifestations locales, (vide grenier, fêtes diverses) + ouvertures exceptionnelles lors des vacances scolaires.

Vitrine : les vendredis matin (8/12h) et jours (dimanches ou semaine de manifestations locales, (vide grenier, fêtes diverses)

 

L’association a fait appel à un soutien financier (adhésions, achats parutions (pensez au cadeau de Noël), participation tombolas, dons objets pour vente vide grenier,…), à une fidélité lors de nos manifestations et à un appui de communication des informations (ouverture centre de ressources, manifestations,…) à un maximum de personnes.

 

Les documents diffusés le 24 novembre sont à votre disposition au centre de ressources pour consultation :

 

- Le diaporama de 645 photos : de l’inauguration du CDR le 14/09/12 à la remise du prix de la BP le 24/10/12 en passant par les JEP, le mois du patrimoine, les visites CEP Biterrois, maison de retraite, écoles, etc…

- Le film amateur tourné par un de nos adhérents lors du Week end des Journées Européennes du Patrimoine.

- Le film de la banque populaire.

 

La traditionnelle « tombola de Noël » a été mise en place dès cet après midi.

2 lots sont proposés : un panier «  vin et de produits du terroir » et un gâteau de bonbons.

 

mémoires de puisserguier

 

Les billets sont en vente au prix de 1€ à la vitrine, au CDR et auprès des membres du bureau.

 

Le tirage aura lieu le vendredi 21 décembre à la vitrine.

 

Les recettes de cette tombola, tout comme les recettes des vides greniers, permettent de participer à la gestion du CDR.

 

lundi, 12 novembre 2012

Armistice 1918

9nov 061.jpgL'armistice, signé le 11 novembre 1918 à 5 h 15, marque la fin de la Première Guerre mondiale (1914-1918) et la capitulation de l'Allemagne.

Le cessez-le-feu est effectif à onze heures, entraînant dans l'ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons annonçant la fin d'une guerre qui a fait plus de 18 millions de morts et des millions d'invalides ou de mutilés.

Les généraux allemands et alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne. Plus tard en 1919, à Versailles, ils signeront le traité de Versailles

Ci-dessous

* Cette photographie a été prise après la signature de l'armistice à la sortie du « wagon de l'Armistice » du train d'État-Major du maréchal Ferdinand Foch (deuxième à partir de la droite)..

* Tableau représentant la signature de l’Armistice de 1918 dans le wagon-salon du maréchal Foch. Derrière la table, de droite à gauche, le général Weygand, le maréchal Foch (debout) et les amiraux britanniques Rosslyn Wemyss et G. Hope. Devant, le ministre d’État allemand Matthias Erzberger, le général major Detlof von Winterfeldt (avec le casque) de l’Armée impériale, le comte Alfred von Oberndorff des Affaires étrangères et le capitaine de vaisseau Ernst Vanselow de la Marine impériale.

* Retrait des troupes allemandes après la signature de l'armistice

D’après Wikipédia.

armistice 1918.jpg
 

 

11 novembre 2012,

 

Les membres de notre association seront encore très heureux de voir,mémoires de puisserguier une nouvelle fois, la "troupe" passionnée de « Maquisards Reconstitution » participer à la commémoration du 11 novembre à Puisserguier.

 

Le rendez-vous est fixé à 11 heures devant la Mairie.

 

Corinne Milhet,

Présidente et toute l'équipe des mémoiRes.

 

mémoires de puisserguier

@ Un de nos anciens relate ainsi l'Armistice à Puisserguier :


Annoncée par télégramme officiel à toutes les communes de France, l'armistice se manifesta par une longue sonnerie de cloches.

Le Maire (Henri Chappert) donna lecture du télégramme sur la place de la Mairie et demanda à la population de ne se livrer à aucune manifestation, par respect pour les nombreuses familles en deuil.

Écrit par : Jacques | vendredi, 19 novembre 2010

 

samedi, 10 novembre 2012

Remise du 1er prix du "PIR" à la Maison du Peuple !

Notre association a vécu, mercredi 24 octobre, une formidable soirée grâce à la Banque Populaire du sud.

 

En effet, la remise du 1er prix catégorie patrimoine du département de l’Hérault obtenu par l’association était programmée ce jour là.

 

Adhérents, sympathisants, sponsors, dirigeants et sociétaires de la banque, élus et organisateurs de la soirée, soit plus de 100 personnes (116 exactement), ont contribués à faire de cette manifestation un moment amical et empreint d’une sincère convivialité.

 

Organisé de façon parfaite par Valérie et son acolyte Jean Charles, sustenté par le fabuleux buffet du traiteur Laporte de Sauvian, et désaltéré par des vins locaux, notamment ceux de Nicole et Alexis, comment ne pas avoir apprécié cette sympathique ambiance.

 

centre de ressources

 

 

La soirée a débuté par la visite du centre de ressources qui a duré une bonne heure.

Comme toujours, la salle de classe a été le lieu de moments mémorables.

Il est vrai que les vieux bureaux à battants équipés de leurs encriers remplis d’encre violette procurent à cette salle une atmosphère nostalgique et accentuent les réminiscences des souvenirs.

Comme toujours, l’écriture à la plume « sergent major » a eu un franc succès et un bon nombre de visiteurs s’y sont essayés, certains avec grande application, ayant même obtenus un bon point.

D’autres ont pu concrétiser un « phantasme » en prenant la place du « maître d’école ».

 

Mais impératif protocolaire oblige, ce fut ensuite le départ vers la maison du peuple où devait se dérouler la suite des festivités.

 

Monsieur Gout, Directeur de l’agence de la Banque Populaire Béziers Riquet a débuté les discours, en présentant notre association et exposant les faits depuis sa création.

Ce fut ensuite au tour de madame Carrière, membre du Conseil d’Administration de la Banque Populaire du Sud, et Présidente du jury départemental Prix Initiative Région (PIR) d’expliquer l’engagement de la banque par le biais du PIR, et ensuite de faire part des raisons du choix de remise du prix aux MémoiRes.

 

Après son intervention, le petit film tourné le 16 septembre lors des journées européennes du patrimoine, a été projeté.

Le réalisateur Monsieur Buss, a su, en peu de temps, capté l’engagement et les valeurs associatives des MémoiRes en rapprochant dans son documentaire les associations partenaires (mais indépendantes), comme « Maquisards reconstitutions » et la Bibliothèque.

 

mémoires de puisserguierSelon le plan établi par les organisateurs, j’ai ensuite pris la parole et j’ai pu (en direct) renouveler mes remerciements à la banque, sans oublier nos autres « sponsors ».

Discours Corinne.pdf et Diplome BP Sud.JPG

 

Ce fut ensuite le tour de monsieur le maire.

 

Nous avons été très sensibles à la simplicité et la disponibilité de madame Carrière et de monsieur Gout, qui ont su, par leur accessibilité nous prouver l’intérêt sincère porté au travail de notre association.

 

La présence de madame Tolmos, du service patrimoine du Conseil Général, venue avec une collègue spécialement de Montpellier nous a particulièrement touché.

 

Nous remercions toutes ces personnes pour avoir fait de cette journée, une belle fête que nous ne sommes pas prêts d’oublier.

 

Nous remercions également nos adhérents venus de près ou de loin, nos sponsors, nos sympathisants, les représentant(e)s d’associations, les élus, de nous avoir soutenu et accompagné lors de cette soirée.

Merci à tous.

 

Pour clôturer ce compte rendu sur une note d’humour de notre secrétaire, Monique, qui n’en manque pas, vous trouverez ci-après un petit texte que lui ont inspiré les évènements de cette soirée.

 

Corinne

 

 

Le coffre fort de nos grand-mères

 

Lors de la visite du Centre de Ressources, à l’occasion de la remise du prix par la Banque Populaire, bon nombre de visiteurs n’ont certainement pas fait attention, en passant dans la véranda où se trouvent exposés les objets du quotidien, que caché sous une pile de draps, se trouvait un portefeuille.

 

C’est cet endroit que choisissaient nos grand-mères pour tenir lieu de coffre-fort. En effet, à l’époque on ne parlait pas de banque ou de chèque et tout se faisait en argent sonnant et trébuchant, du moins chez le petit-peuple de nos villages.

 

centre de ressources

 

La majorité du village était composée d’ouvriers agricoles qui travaillaient chez un patron, mais une grande partie d’entre eux possédait un ou deux « pétas » de vigne qu’ils travaillaient le soir à « bourrade », après leur journée de travail.

 

Le prix de la récolte étant engrangé en espèces, comme il se doit, il fallait régler l’emprunt qu’on avait fait pour acheter la vigne, soit directement au vendeur ou au notaire qui avait enregistré la transaction.

 

Là non plus les banques n’entraient pas en ligne de compte pour les prêts, qui étaient consentis soit par le vendeur, soit par des prêteurs particuliers qui n’hésitaient pas à se saisir du bien si l’acheteur n’arrivait pas à payer sa dette.

 

Ce qui restait après ce remboursement était mis au « coffre-fort » où il allait rejoindre ce qui constituait les économies du ménage.

 

Ainsi allait la vie au siècle dernier, sans les banques et les organismes de prêt.

 

Narration/rédaction : Monique

 

vendredi, 19 octobre 2012

JEP 2012 & Mois du Patrimoine ... Un Enorme MERCI à TOUS !

Samedi 15 et dimanche 16 septembre,

Journées Européennes 2012

Lundi 17 au dimanche 23 septembre 2012 inclus

Mardi 25 septembre, visite de groupe du Cep biterrois.

Samedi 29 septembre, dimanche 30 septembre

Mercredi 3 octobre, visite de groupe région parisienne

Jeudi 4 octobre, visite CP/CE1 école Puisserguier

Samedi 6 octobre, dimanche 7 octobre

Mardi 9 octobre, visite CE1/CE2 école Puisserguier

Samedi 13 octobre, Dimanche 14 octobre. 

Mois Du Patrimoine 2012 

 

 

 

En effet le nombre symbolique de 1000 a été atteint.... avec 1001 visiteurs, Puisserguiérains, ou nombreux sympathisants extérieurs à qui nous réitérons notre  très chaleureuse gratitude.

Le ticket gagnant porte le N° 400.

 

2012 14 oct 100.jpg

Midi libre :

http://www.midilibre.fr/2012/10/27/mois-du-patrimoine-tot...

 

dimanche, 14 octobre 2012

Journées Européennes & Mois du Patrimoine 2012

 mémoires de puisserguierInauguré le vendredi 14 septembre, le Centre de Ressources a désormais un nouveau blog qui lui est exclusivement consacré : 

http://centrederessourcesdesmemoires.blogs.midilibre.com/

  

 

 

Je voudrai remercier tous les bénévoles qui se sont investis dans les animations et la logistique lors des journées du patrimoine.

 

Grâce à eux, ces 2 journées ont été un réel succès non seulement d’affluence, mais également de partage et de convivialité.

 

Je voudrai également remercier nos amis, de l’association « Maquisards Reconstitution », qui ont  planté leur camp de maquisards à proximité du centre afin de créer un ensemble festif et original.

Nous avons eu toutefois à nous plaindre de quelques « élèves » très perturbateurs, dont un, et pas des moindres, le Président de l’association, s’est retrouvé carrément au piquet avec le bonnet d’âne…

Nous félicitons toute son équipe, jeunes ou moins jeunes, pour leur naturel et de leur enthousiasme. Cela a été un réel plaisir que nous espérons repartager.

 

Merci également à Andrée Lautier, à Jean et Janine qui ont ouverts exceptionnellement la bibliothèque municipale. Cela a été l’occasion pour les visiteurs, et parfois même ceux du village, d’apprendre qu’il existait une bibliothèque à Puisserguier.

 

La semaine de transition et le premier week end du mois du patrimoine, ont été tout autant porteurs de satisfaction.

 

Les 3 prochains week end nous permettront de roder la configuration du centre de ressources dans sa phase initiale, puisque nous n’utiliserons plus la salle des associations.

 

Cette période nous permettra de réfléchir à la mise en place des ouvertures et à la façon dont elles seront gérées.

 

Nous vous attendons donc encore nombreux d'ici le 14 octobre.

 

Corinne

Diaporama de nos amis de Portiragnes:

http://portiragnespassion.over-blog.com/article-retour-a-...                    

 

 

Jusqu'au dimanche 14 octobre,

pour le mois du patrimoine.

 

Nous vous avons accueilli au

Centre de Ressources

        des MémoiRes

 

mémoires de puisserguier

 Affiche patrimoine 2012.jpg 

 

 

Nous avons élaboré et fait imprimer à nos frais des affiches pour informer de nos futures manifestations : JEP et mois du patrimoine.

 

Cela nous a demandé du temps et de l’argent.

 

Depuis l’affichage dans le village, nous avons remarqué avec beaucoup de colère et de déception que plusieurs affiches avaient été vandalisées ou arrachées…

 

Nous souhaiterions que ces individus respectent le travail et l’investissement des autres ! Et qu’ils prennent conscience qu’en dégradant nos affiches, ils dégradent les valeurs associatives de personnes impliquées bénévolement dans la vie locale.

 

Mais peut être est ce trop demander !

 

Merci en tout cas de faire passer le message.

 

 

mémoires de puisserguier

Ci-dessus, le Centre de Ressources à l'heure de la dictée... Avec plume sergent major, et encre violette !

 

A lire sur le site de la Mairiehttp://www.ville-puisserguier.com/crbst_186.html

A lire sur Midi libre : 

http://www.midilibre.fr/2012/09/14/ouverture-du-centre-de...

http://www.midilibre.fr/2012/09/22/une-dictee-a-l-ancienn...

@ Quel magnifique "boulot" ! Ce centre de Ressources est une réussite.

Il montre à quel point vous avez su "aimer" notre village et préserver ce qui fait aussi notre histoire.

La création de ce centre sera, je l’espère, vivement un pont entre passé et futur.

Merci à toute l'équipe.

PS: J'ai bien aimé faire la dictée, même si les -n, les-r ont posé quelques soucis.

Quant à toutes les sortes : il a fait l'unanimité.

Comme quoi la diversité existe. Inachevée

@ Quel plaisir de revoir tout cela.... félicitations a tous ceux qui ont permis a ce musée de voir le jour..? maryse raynaud

@ Que dire... bravo au petit groupe, réalisation parfaite ... finis les tracas, bonne continuation. jean-claude 

samedi, 06 octobre 2012

Passa-carriera du Pélican

... "la déambulation du Pélican".

 

En mai nous avions rapporté l'évènement :

 

"Beaucoup se souviennent surement de ce samedi 19 mai 2012 à 18h où, sur le parvis de la mairie a eu lieu le baptême du pélican, animal totémique, emblème de notre village.

 

Le Pélican après avoir été béni a effectué sa première parade en traversant le village.

Malgré une pluie battante et glaciale, il a été accompagné par de nombreux habitants, fiers et heureux de partager ce moment exceptionnel.

...."

 

Ce soir, vendredi 5 octobre, à partir de 19 heures, les infatigables et généreux bénévoles, de l'Association Patatr'Oc, récidivent, pour le plaisir du plus grand nombre d'entre nous, en vous invitant à la "Fête de l'acabaïre" (ou fin des vendanges).

 

A propos du Patrimoine "totémique", Jean Paul nous a écrit :

 

"Salut les MémoiRes, Salut Corinne,

En mentionnant les animaux totémiques, tu as oublié, sans que je ne te le reproche, le plus proche et le plus ancien de "chez nous", à savoir LO CAMEL de Béziers.

A ce propos, j'ai commencé un vaste article sur Wikipedia, intitulé "LES ANIMAUX TOTEMIQUES DE L'HERAULT".... et il y en a en pagaille !!!!

La chenille de Pinet, le pou de Conas, le cochon de St André de Sangonis, le boeuf de Mèze.... plus d'une trentaine à ma connaissance, même si certains sont de création récente voire à venir. Une spécificité de notre département, même si l'on croise une tarasque à Tarascon ou un âne qui vole à Gonfaron....

Par contre je manque de matière pour certains totems, même si la bibliographie abonde et que je possède de nombreux ouvrages sur ce sujet qui me passionne. Je fais donc appel aux érudits locaux pour nourrir l'article sur Wikipedia.

Enfin, il est vrai que des illustrations font aussi défaut.

Merci de tout cœur,

JPS"

 

 

mémoires de puisserguier

 

 

Alors venez très nombreux faire la fête

mardi, 02 octobre 2012

Première visite organisée au Centre de Ressources…

 Mardi 25 septembre, l’association du Cep biterrois organisait son assemblée générale à la salle des associations.

 

La réunion terminée les adhérents ont été accueillis par la Présidente des MémoiRes dans la cour de l’école.

Dans un petit discours de bienvenue, elle leur a présenté le déroulement du projet, sa présentation aux autorités locales et régionales, les divers et nombreux travaux effectués, l’antériorité des lieux alloués et leur futur.

 

Elle a profité de l’occasion pour préciser que « personne » n’avait été « délogé » du bâtiment (suite à certaines rumeurs colportées indécemment), soulignant très précisément les utilisations antérieures des salles affectées, et attendant désespérément les questions à ce sujet !

 

mémoires de puisserguier

 

C’est une première pour ce qui sera le fonctionnement de ce centre. Chaque association pourra ainsi allier ses activités et le plaisir de remonter le temps en s’engageant dans Puisserguier d’autrefois.

 

Deux groupes ont été formés afin d’éviter les encombrements, et ont pu bénéficier des explications de leurs « commentateurs »…

 

Le soleil s’étant invité à cette petite fête, les membres du « Cep » et leurs invités des « MémoiRes » ont pu savourer, dans la cour, une petite collation, tout en continuant à bavarder ou à visiter l’exposition, désormais permanente, proposée par les MémoiRes de Puisserguier.

 

Parfois émus, mais enthousiastes, ces visiteurs du jour ont quitté le lieu en promettant de revenir, seules ou accompagnées de quelques amis pour une visite plus paisible.

 

 

mercredi, 22 août 2012

TROBAS DEL MEOU PAÏS est paru !

Les MémoiRes de Puisserguier ont eu une nouvelle fois le plaisir d'accueillir  samedi 23 juin, un large éventail d’adhérents et de sympathisants pour la sortie du cahier de poèmes (en patois) d’Edmond Garrigues  « TROBAS DEL MEOU PAÏS ».

 

Nous avons été très déçus le matin par l’annonce de dernière minute de la petite fille de monsieur Garrigues qui clôturait les désistements de Jacques, et Gabriel Garrigues, pour des raisons personnelles.

Mais ce triste concours de circonstance ne nous a pas empêchés de mettre à l’honneur leur ancêtre Edmond, au milieu de nombreux visiteurs qui l’avaient connu ou qui connaissaient sa famille.

Notamment cette jeune Puisserguiéraine, qui, partie faire ses études à Valence, et qui s’y est mariée, a rencontré par hasard, Jacques Garrigues avec lequel des liens se sont tissés autour de leur village commun.

 

Chacun a pu évoquer ses rencontres, ses contacts, ses souvenirs avec Edmond Garrigues  que ceux qui l’ont connu se sont accordés à décrire très discret, distingué, à l’écoute et proche de ses administrés.

Sur les murs quelques photos le représentaient lors d’une fête d’été à Puisserguier, ce village qu’il aimait tant, ou bien lors d’un congrès des maires, ou encore à son domicile avec son épouse.

Beaucoup de visiteurs ont été étonné d’apprendre qu’il était né à Puisserguier, et qu’il avait écrit de si jolis poèmes.

 

mémoires de puisserguier

 On pouvait lire sur une affiche les derniers mots écrits sur son cahier, où il précisait avec beaucoup d’humour, mais néanmoins autorité :

 

Aï escrich coumo sabi é sé sos pas countènt,

Té diraï coumo l'aoutré :

« As qu'a prendré uno plumo, ensajo d'én faïre autént ».

 

« J’ai écrit comme je sais et si tu n’es pas content,

 Je te dirai comme l’autre :

« Tu n’as qu’à prendre une plume et essayer d’en faire autant. »

 

Un ancien maire, ou plutôt une « ancienne maire », Francine Sénégas, et le maire actuel, Jean Noël Badenas ont tenu à rendre hommage à leur illustre « prédécesseur » par leur présence.

 

mémoires de puisserguier

 

Pour clôturer la journée, les visiteurs ont été conviés à un apéritif dînatoire (préparé avec dextérité et gentillesse par notre ami J.C, malgré la fatigue d’une précédente soirée bien remplie…) offert et servi dans le jardin, sur lequel s’ouvre la vitrine de la future « épicerie » du centre de ressources actuellement en chantier.

samedi, 28 juillet 2012

Les *Milles Pattes* déjeunent à la Vitrine !

Ce Samedi 28 juillet à 8 H30 nous avons offert le "gîte"  de la Vitrine des MémoiRes...  

... Mais pas le "couvert"

aux*Mille Pattes* 

Pour leur café avant leur départ en randonnée.

    Vers 11 H 30 a eu lieu l’apéritif du retour.

 

mémoires de puisserguier

 

 

Relire Midi libre :

http://www.midilibre.fr/2012/06/26/les-mille-pattes-esper...